L'Iran devra verser 180 millions à un journaliste

États-UnisCorrespondant du «Washington Post» en Iran, Jason Rezaian a passé un an et demi dans les prisons iraniennes.

Jason Rezaian, le 24 septembre 2019 à New York.

Jason Rezaian, le 24 septembre 2019 à New York. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La justice américaine a condamné vendredi Téhéran à payer 180 millions de dollars au correspondant du «Washington Post» Jason Rezaian. Le journaliste américano-iranien a passé un an et demi dans les prisons iraniennes.

Un tribunal fédéral de Washington a pris cette décision, largement symbolique, à des fins «dissuasives», selon une copie du jugement. En poste à Téhéran, le reporter avait été arrêté avec sa femme le 22 juillet 2014. A cette époque, l'Iran venait d'accepter la relance des négociations internationales sur son programme nucléaire, soupçonné de cacher un volet militaire.

Sa femme avait été libérée après deux mois de détention. Accusé d'«espionnage» au profit des États-Unis, il a lui passé 544 jours à la prison d'Evine, dans le nord de Téhéran. Il y a subi des mauvais traitements, été privé de sommeil et menacé d'être décapité.

Avec trois autres prisonniers américains, il a finalement été échangé contre sept Iraniens poursuivis aux États-Unis. Sa libération est intervenue le 16 janvier 2016, au premier jour de l'application de l'accord dit «de Vienne» censé garantir le caractère pacifique du programme nucléaire iranien, qui a depuis été dénoncé par Donald Trump.

Un «pion» dans un jeu d'échecs

«L'Iran a arrêté et détenu Jason pour augmenter ses moyens de pression dans les négociations en cours avec les États-Unis», a souligné le juge Richard Leon dans sa décision.

«Prendre un homme en otage et le torturer pour s'assurer un atout dans des négociations est honteux, mérite une punition» et il faut «dissuader» l'Iran d'un tel comportement, a-t-il ajouté. Il a fixé à 180 millions de dollars les dédommagements à verser au journaliste, ainsi qu'à sa mère et son frère, qui s'étaient joints à la plainte.

Jason Rezaian a raconté en février à l'AFP s'être senti comme un «pion» dans un jeu d'échecs mondial. «Traité comme un Iranien et troqué comme un Américain», il a dit avoir réalisé pendant sa détention que sa «valeur» était indexée sur les résultats des pourparlers sur le nucléaire. L'Iran, qui ne reconnaît pas la double nationalité, arrête régulièrement des binationaux. La République islamique nie s'en servir comme moyen de pression dans le jeu diplomatique, mais reconnaît qu'ils puissent faire l'objet d'échanges. (ats/nxp)

Créé: 23.11.2019, 00h53

Articles en relation

L'ONU demande à l'Iran de rétablir internet

Genève Mardi, l'ONU a appelé au calme après des heurts en Iran depuis vendredi, en raison de l'annonce d'une hausse du prix de l'essence. Plus...

Les prix du carburant montent, la rue proteste

Iran Samedi, plusieurs ville iraniennes étaient le théâtre de manifestations en raison de l'annonce d'une hausse du prix de l'essence. Plus...

L'Iran libère un couple d'Australiens

Moyen-Orient Jolie King et Mark Firkin ont été renvoyés vers l'Australie, mais un troisième citoyen australien est toujours détenu en Iran. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.