Iran: Pompeo informe l'Arabie et Israël

DiplomatieLe nouveau secrétaire d'Etat américain informe ses alliés saoudien et israélien des projets de Trump sur l'Iran.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le nouveau chef de la diplomatie américaine, Mike Pompeo, rencontre ce week-end les dirigeants saoudiens et israéliens pour les informer des projets du président Donald Trump concernant l'accord sur le nucléaire iranien.

M. Pompeo est arrivé samedi à Ryad, première étape d'une tournée au Proche-Orient auprès d'alliés clefs des Etats-Unis. Le nouveau secrétaire d'Etat se trouve dans la capitale saoudienne au moment d'une poussée de tension au Yémen voisin, où l'Arabie saoudite mène une intervention militaire en soutien au président yéménite contre des rebelles, les Houthis, soutenus par l'Iran.

Les autorités saoudiennes ont affirmé avoir intercepté samedi un missile tiré par les Houthis. La veille, la coalition dirigée par Ryad avait mené un raid sur la capitale yéménite Sanaa, tuant des dizaines de rebelles dont deux commandants, selon la télévision d'Etat saoudienne Al-Ekhbariya.

En trois jours, M. Pompeo se rend en Arabie saoudite et en Israël, deux adversaires de l'Iran, ainsi qu'en Jordanie, pour discuter notamment de l'accord limitant le programme nucléaire iranien.

Décision à venir sur l'accord iranien

Il a été accueilli sur le tarmac à Ryad par une importante délégation saoudienne, dont faisait notamment partie le chef de la diplomatie Adel al-Jubeir et l'ambassadeur saoudien aux Etats-Unis Khaled ben Salmane, le frère du prince héritier Mohammed ben Salmane. M. Pompeo s'est entretenu samedi avec M. Jubeir et a dîné avec le prince héritier.

Dimanche, il doit rencontrer le roi Salmane. Le responsable américain doit ensuite partir pour Jérusalem, où il s'entretiendra avec le Premier ministre Benjamin Netanyahu, puis pour Amman.

Hostile à l'accord sur le nucléaire iranien signé en juillet 2015, M. Trump doit annoncer le 12 mai s'il «déchire» ce texte âprement négocié entre l'Iran et les grandes puissances (Chine, Etats-Unis, France, Royaume-Uni, Russie et Allemagne), comme il l'a maintes fois promis. M. Pompeo assure que le président n'a pas encore pris sa décision.

A peine investi jeudi comme 70e secrétaire d'Etat américain, il a également une autre mission, plus personnelle: montrer, fort du soutien de M. Trump, que la diplomatie américaine est de retour après le mandat compliqué de Rex Tillerson, brutalement limogé en mars qui n'était, lui, jamais parvenu à gagner la sympathie de M. Trump.

«Retrouver sa superbe»

Ex-militaire de 54 ans, M. Pompeo était à la tête depuis janvier 2017 de la CIA et a traversé un épineux processus de confirmation parlementaire après sa nomination par M. Trump mi-mars. Il a fait face à l'opposition d'une majorité de démocrates dénonçant son attitude va-t-en-guerre et des propos jugés islamophobes et homophobes, ainsi qu'à l'aile libertarienne des républicains craignant ses velléités interventionnistes.

Jeudi, M. Trump a qualifié M. Pompeo d'«atout exceptionnel» pour les Etats-Unis à un «moment critique». M. Pompeo, qui a promis de s'adresser à ses équipes dès son retour à Washington prévu mardi, a relevé vendredi, après une rencontre avec des fonctionnaires de son ministère travaillant à l'Otan, que ces derniers «semblent avoir l'espoir de voir le département d'Etat retrouver sa superbe». «Etre professionnel, faire de la diplomatie - de la diplomatie américaine - tout autour du monde, voilà ma mission», a-t-il poursuivi.

Comme MM. Trump et Pompeo, le prince saoudien est un farouche adversaire de l'Iran. Il a engagé une intervention au Yémen contre les rebelles Houthis qui a fait près de 10'000 morts depuis 2015 et provoqué «la pire crise humanitaire du monde», selon l'ONU. Ce conflit a pris progressivement une tournure de «guerre par procuration» entre l'Arabie saoudite sunnite et l'Iran chiite.

M. Trump voudrait aussi voir Ryad faire davantage et dépenser plus pour soutenir les opérations antijihadistes dirigées par Washington en Syrie et permettre aux soldats américains de rentrer rapidement à la maison. (afp/nxp)

Créé: 29.04.2018, 04h26

Articles en relation

Duel poli mais tendu entre Trump et Merkel

Diplomatie La rencontre entre les deux leaders a surtout mis en évidence leurs points de désaccords: Iran et commerce en particulier. Plus...

Un «nouvel accord» sur l'Iran, le pari de Macron

Diplomatie Le président français espère gagner du temps en vue d'un possible retrait américain de l'accord sur le nucléaire iranien. Plus...

Téhéran et Moscou disent non à un nouvel accord

Iran L'Iran et la Russie ont affirmé mercredi leur opposition à une renégociation de l'accord sur le nucléaire iranien. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.