L'Iran s'en prend à ses voisins

Golfe persiqueSelon Téhéran, le comportement «arrogant» de certains pays voisins rend tout dialogue «impossible» avec les Etats-Unis.

L'Iran est le rival régional de l'Arabie saoudite, grand allié des Etats-Unis.

L'Iran est le rival régional de l'Arabie saoudite, grand allié des Etats-Unis. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L'Iran a accusé samedi des pays voisins d'avoir rendu, avec leurs actions «arrogantes», tout dialogue «impossible», à l'occasion d'une visite à Téhéran d'un ministre omanais. Le sultanat d'Oman a maintenu de bonnes relations avec l'Iran tout au long des crises régionales successives.

Cette relation lui a parfois permis de jouer un rôle clé de médiateur, y compris entre l'Iran et les Etats-Unis ainsi que leurs alliés notamment dans le golfe Persique. «Certains pays de la région n'ont pas seulement ôté toute possibilité de discuter, avec des actions hâtives et un comportement arrogant, mais ils ont aussi rendu très difficile la gestion des crises régionales», a déclaré le secrétaire du conseil suprême de la sécurité nationale iranienne, Ali Chamkhani.

L'Iran est le rival régional de l'Arabie saoudite, pays allié des Etats-Unis et chef de file des Etats du golfe Persique. Les tensions dans la région sont montées en flèche depuis le retrait unilatéral américain de l'accord sur le nucléaire iranien de 2015 et le rétablissement des sanctions draconiennes américaines contre la République islamique d'Iran.

Coalition internationale critiquée

Les Etats-Unis et l'Arabie saoudite ont en outre accusé l'Iran d'être derrière des attaques et sabotages contre des pétroliers dans le golfe Persique en mai et juin. Téhéran a démenti.

Le 19 juillet, un pétrolier battant pavillon britannique, le Stena Impero, a été saisi par les gardiens de la révolution dans le détroit d'Ormuz. Cet acte a été considéré par Londres comme un geste de riposte après l'arraisonnement le 4 juillet par les autorités britanniques d'un pétrolier iranien au large du territoire britannique de Gibraltar.

Ali Chamkhani a critiqué le projet des Etats-Unis de mettre sur pied une coalition internationale pour escorter les navires de commerce dans le golfe Persique après les attaques et sabotages. «Les mesures de sécurité pour la région doivent être assurées par la région et avec la coopération des pays de la région», a-t-il souligné.

Le projet américain ne semble pas attirer beaucoup de pays, de nombreux alliés des Etats-Unis paraissant soucieux de ne pas se laisser entraîner dans un conflit ouvert dans cette région. Selon l'agence américaine d'informations sur l'énergie, l'équivalent de 21% de la consommation mondiale de produits pétroliers transite par le détroit d'Ormuz. (ats/nxp)

Créé: 28.07.2019, 01h14

Articles en relation

Donald Trump à court d'options face à l'Iran

Tensions dans le Golfe Selon une experte, le président américain n'est pas à l'abri d'un conflit militaire avec Téhéran en voulant continuer à mettre la pression sur le pays. Plus...

Téhéran «protégera» ses côtes et le Golfe

Crise des tankers L'Iran a prévenu le nouveau Premier ministre britannique Boris Johnson qu'il protégera ses eaux dans le golfe Persique. Plus...

Des espions US arrêtés en Iran condamnés à mort

Iran Le démantèlement d'un «réseau d'espions» agissant pour les Etats-Unis, annoncé le 18 juin par Téhéran, trouve son épilogue avec la condamnation à mort de certains des suspects. Plus...

Brésil: les deux cargos iraniens bloqués depuis début juin ont appareillé

Les deux cargos iraniens qui étaient bloqués depuis début juin au Brésil ont levé l'ancre samedi, ont annoncé les autorités portuaires.
La Cour suprême du Brésil avait ordonné il y a quelques jours au géant pétrolier brésilien Petrobras, coté à la Bourse de New York, de fournir du combustible aux deux navires, retenus dans ce pays de crainte de sanctions américaines. Les cargos Bavand et Termeh, qui appartiennent à la compagnie iranienne Sapid Shipping, se trouvaient au Brésil depuis les 8 et 9 juin, respectivement. Petrobras avait expliqué sa décision de ne pas les approvisionner en disant que l'entreprise propriétaire des deux navires iraniens se trouve sur une liste noire de l'agence fédérale américaine OFAC, chargée des sanctions financières.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.