L'Iran ne veut pas de discussions bilatérales

MondeMardi, le président iranien Hassan Rohani s'est exprimé devant le parlement. Il a évoqué ses relations avec les Etats-Unis.

Iran: trente ans d'histoire.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le président iranien Hassan Rohani a exclu mardi l'idée de «discussions bilatérales» avec les Etats-Unis, affirmant que son pays y était opposé «par principe», selon le site officiel du gouvernement iranien.

Hassan Rohani, qui s'exprimait au parlement, a également déclaré que la république islamique pourrait réduire encore davantage ses engagements en matière nucléaire «dans les prochains jours» si «d'ici à jeudi», les négociations sur le sujet avec les Européens «n'aboutissent à aucun résultat».

Sur la question de la possibilité de négociations directes avec Washington, Hassan Rohani a estimé qu'il y avait «peut-être [...] eu un malentendu»

Pas de bilatérales

Fin août, le président français Emmanuel Macron et son homologue américain Donald Trump avaient évoqué la possibilité d'une rencontre entre ce dernier et Hassan Rohani en marge de l'assemblée générale annuelle de l'ONU qui doit avoir lieu en septembre à New York.

«Nous l'avons dit plusieurs fois et nous le répétons: aucune décision (n'a été prise) de tenir des négociations bilatérales avec les Etats-Unis», a déclaré Hassan Rohani, selon le texte de son discours au parlement publié par le gouvernement iranien. «Par principe, nous ne voulons pas de négociations bilatérales avec les Etats-Unis», a ajouté le président iranien.

Levée des sanctions demandée

Hassan Rohani a néanmoins indiqué que des discussions avec Washington pourraient avoir lieu dans le cadre du format «5+1» si les Etats-Unis lèvent les sanctions qu'ils ont réimposées contre Téhéran après être sortis unilatéralement en mai 2018 de l'accord international sur le nucléaire iranien conclu à Vienne en 2015.

Le format 5+1 correspond aux cinq membres permanents du Conseil de sécurité de l'ONU (Chine, Grande-Bretagne, Etats-Unis, France et Russie) plus l'Allemagne, soit les six pays qui avaient négocié cet accord.

En mai, un an après le retrait des Etats-Unis, qui prive l'Iran des retombées économiques qu'il attendait de ce pacte, Téhéran a commencé à se désengager de certains de ses engagements en vue de forcer les autres parties à l'aider à contourner les sanctions américaines.

Stocks d'uranium en hausse

L'Iran a ainsi augmenté ses stocks d'uranium enrichi au-delà de la limite fixée par l'accord de Vienne et porté ses activités d'enrichissement à un niveau prohibé par ce texte (plus de 3,67%).

Des négociations ont lieu actuellement avec les trois pays européens parties à l'accord. Mais «si d'ici à jeudi ces négociations n'aboutissent à aucun résultat, nous annoncerons la troisième phase de réduction de nos engagements», a déclaré Hassan Rohani.

Cela aura lieu comme prévu «dans les prochains jours» à moins que les autres parties ne prennent une mesure «importante», a-t-il encore dit, rappelant que l'Iran voulait pouvoir vendre son pétrole à l'étranger. (ats/nxp)

Créé: 03.09.2019, 08h36

Galerie photo

La crise du nucléaire iranien en images

La crise du nucléaire iranien en images Donald Trump a annoncé le retrait des Etats-Unis de l'accord sur le nucléaire iranien. Les Européens devraient poursuivre leurs concertations pour sauver le compromis de 2015.

Articles en relation

Trump évoque l'explosion d'une fusée en Iran

«Accident catastrophique» Dans un tweet, le président US a assuré que les Etats-Unis n'étaient «pas impliqués» dans la déflagration apparente d'une fusée iranienne Safir. Plus...

L'UE mise sur le dialogue entre l'Iran et les USA

Nucléaire iranien Les pays européens veulent mettre à profit la détente observée au G7 de Biarritz entre Washington et Téhéran sur le dossier du nucléaire. Plus...

Rohani appelle Trump à «faire le premier pas»

Iran/Etats-Unis Dans une déclaration télévisée, le président iranien a dit attendre des signes d'apaisement de la part de Washington après le G7. Plus...

Donald Trump change de ton sur l'Iran au G7

Moyen-Orient Le locataire de la Maison-Blanche a validé la visite surprise de Mohammad Javad Zarif dimanche à Biarritz lors du sommet du G7. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.