Irlande du Nord: l'IVG et le mariage gay légalisés

SociétéAlors que les institutions de Belfast sont à l'arrêt, des amendements votés par Londres cet été pour légaliser l'avortement et le mariage gay ont pris effet dans la nuit de lundi à mardi.

Des pro-IVG à Belfast le 21 octobre 2019.

Des pro-IVG à Belfast le 21 octobre 2019. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L'avortement a été libéralisé et le mariage homosexuel légalisé mardi en Irlande du Nord sur décision du Parlement de Westminster à Londres, où sont gérées les affaires courantes de la province britannique en raison de la paralysie de l'exécutif local.

Contrairement au reste du Royaume-Uni, où il est autorisé depuis 1967, l'avortement était jusqu'ici illégal en Irlande du Nord, sauf si la grossesse menaçait la vie de la mère. Le mariage entre personnes de même sexe, autorisé partout ailleurs dans le pays, y restait également interdit.

Dépourvue d'exécutif depuis janvier 2017 à la suite d'un scandale politico-financier, la province britannique d'Irlande du Nord a ses institutions politiques actuellement à l'arrêt. Profitant de cette paralysie politique locale, les députés de Westminster ont voté des amendements en juillet pour étendre le droit à l'avortement et au mariage entre personnes du même sexe en Irlande du Nord si aucun gouvernement local n'était formé d'ici ce lundi. Ces changements sont entrés en vigueur à minuit à Belfast (01H00 mardi en Suisse).

«Nous y sommes»

Les premiers mariages de personnes de même sexe devraient «au plus tard» avoir lieu «la semaine de la Saint-Valentin 2020», selon le secrétaire d'Etat chargé de l'Irlande du Nord, Julian Smith. «NOUS Y SOMMES, le jour où nous disons au revoir à des lois sur l'avortement oppressives qui ont contrôlé nos corps et nous ont refusé le droit d'avoir le choix», s'est félicité Grainne Teggart, chargé de campagne pour l'ONG Amnesty en Irlande du Nord, sur Twitter.

Pour s'y opposer, des députés nord-irlandais sont revenus siéger lundi en début d'après-midi afin de débattre de la loi, une action surtout symbolique. Car concrètement, sans le soutien de plusieurs partis, un Premier ministre et un vice-Premier ministre ne peuvent pas être élus, et la loi adoptée à Londres n'a donc pu être bloquée lundi.

Parmi les parlementaires présents, des membres du principal parti unioniste et ultraconservateur DUP, opposé à tout assouplissement sur ces questions et mené par l'ancienne Première ministre nord-irlandaise Arlene Foster.

Jour «très triste»

«C'est un jour très triste», a-t-elle déclaré à la presse après la séance parlementaire. «Je sais que certaines personnes voudront faire la fête aujourd'hui et je leur dis: Pensez à ceux d'entre nous qui sommes tristes aujourd'hui et qui estiment que c'est un affront à la dignité humaine et à la vie humaine ».

Des manifestants anti-avortement étaient présents aux abords de l'assemblée nord-irlandaise, certains tenant des pancartes proclamant «L'avortement? Pas en mon nom». Parmi les protestataires, Bernadette Smyth, directrice du groupe Precious Life Northern Ireland, a fustigé la décision prise à Londres, qu'elle juge «non démocratique et injuste». La cheffe du parti républicain Sinn Fein en Irlande du Nord, Michelle O'Neill, a qualifié la tentative de blocage lundi de «coup politique».

Trevor Lunn, élu au parti centriste Alliance, a également accusé les députés retournant au Parlement de faire de l'«esbroufe», estimant qu'ils «ne le font que pour essayer de nier aux femmes et aux personnes LGBT les droits qui leur sont garantis dans le reste du Royaume-Uni».

Face aux manifestants anti-avortement, des manifestants «pro choice», favorables aux changements de loi, ont posé devant le Parlement devant de grandes lettres blanches formant le mot «Dépénalisé». Pour Jane Peaker, chef cuisinière de 24 ans, c'est une «bonne chose que ça arrive, peut-être un peu moins que ça ne soit pas venu de notre gouvernement» mais de Londres, mais «c'est tout de même une victoire». (afp/nxp)

Créé: 22.10.2019, 01h30

Le mariage homosexuel légalisé dans 28 pays

Trente ans après les premières unions civiles homosexuelles au Danemark en 1989, le mariage entre personnes de même sexe est aujourd'hui reconnu dans 28 pays. La Suisse, qui permet le partenariat enregistré, est l'un des derniers pays d'Europe occidentale à interdire le mariage aux couples de même sexe. Un projet visant sa légalisation devrait être examiné par le National au printemps 2020.

Articles en relation

La Marocaine détenue pour avoir avorté est grâciée

Maroc Par «compassion», le roi du Maroc a gracié la journaliste Hajar Raissouni, condamnée à un an de prison pour «avortement illégal» au terme d'un procès controversé. Plus...

Importante manif anti-avortement à Bratislava

Slovaquie Quelque 50'000 personnes ont défilé dimanche en Slovaquie lors de la «marche nationale pour la vie». Plus...

Monaco prêt à dépénaliser l'avortement

Législation Les monégasques qui se font avorter ne risqueront plus d'amendes et de prison. Les sanctions envers les médecins sont maintenues. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.