L'Irlande se prépare à une «situation d'urgence»

Brexit Face à la perspective d'une absence d'accord, le gouvernement irlandais prépare une loi pour tenter de «compenser les dommages».

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L'Irlande sera confrontée à «une situation d'urgence» si le Royaume-Uni quitte l'Union européenne sans accord de divorce, a déclaré vendredi le chef de la diplomatie irlandaise Simon Coveney. Il a présenté un projet de loi visant à amortir le choc.

Cette loi devrait être votée sans problème par le Parlement avant le Brexit, prévu pour le 29 mars, mais elle ne sera pas promulguée s'il est accompagné d'un accord sur le retrait. «Le pays risque potentiellement une situation d'urgence à laquelle nous nous préparons pour le moment, d'une manière aussi exhaustive que possible», a dit M. Coveney à des journalistes.

«Un Brexit désordonné sera perdant-perdant-perdant - pour le Royaume-Uni, pour l'UE et pour l'Irlande. Nous ne pouvons pas compenser les dommages qu'il occasionnera, mais nous faisons tout ce que nous pouvons», a-t-il ajouté.

Réduire les perturbations

Le projet de loi vise à réduire les perturbations dans les échanges entre l'Irlande et le Royaume-Uni dans différents domaines, comme ceux des soins de santé, de la fourniture d'énergie, de l'éducation, de l'immigration et des voyages. Il prévoit aussi d'importantes modifications dans le régime actuel de taxation si le Royaume-Uni devient «un pays tiers» en quittant l'UE sans accord.

«Nous faisons tout ce que nous pouvons pour éviter le scénario d'une absence d'accord, mais nous devons être prêts au cas où cela se produirait», a expliqué le Premier ministre irlandais, Leo Varadkar, dans un communiqué.

«Cette loi spéciale nous permet d'atténuer certains des pires effets d'une absence d'accord, en protégeant les droits des citoyens, la sécurité et en facilitant l'octroi de soutiens supplémentaires aux entreprises et employeurs vulnérables», a-t-il ajouté.

Frontière inter-irlandaise

Le projet de loi ne fait aucune mention de la frontière entre la République d'Irlande et la province britannique d'Irlande du Nord, longue de 500 kilomètres, qui deviendra la nouvelle frontière extérieure de l'UE après le Brexit. Un «no deal» pourrait entraîner l'instauration de contrôles pour préserver l'intégrité du marché unique et de l'union douanière européens.

Les députés britanniques ont rejeté en janvier l'accord de divorce négocié entre Londres et Bruxelles, en raison notamment d'une disposition de dernier recours, controversée au Royaume-Uni, destinée à éviter le rétablissement d'une frontière physique en Irlande du Nord après le Brexit. (ats/nxp)

Créé: 22.02.2019, 18h05

Articles en relation

May affronte à nouveau une UE inflexible

Brexit La première ministre britannique Theresa May a remis le cap mercredi sur Bruxelles, dans l'espoir d'obtenir des modifications de l'accord sur le Brexit déjà conclu avec l'UE. Plus...

Le Brexit accélère le départ des Japonais

Royaume-Uni Des analystes pensent que le Brexit et le flou entourant la sortie de l'Union européenne poussent les entreprises nippones à précipiter leur décision. Plus...

Brexit: 7 députés du Parti travailliste démissionnent

Grande-Bretagne Des parlementaires britanniques mécontents de la manière dont leur formation gère le divorce avec l'UE ont préféré rendre le tablier. Plus...

Brexit: May va s'adresser aux dirigeants de l'UE

Grande-Bretagne Theresa May continue de faire tout son possible pour modifier l'accord sur le Brexit, au niveau national comme européen. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 21 septembre 2019
(Image: Valott?) Plus...