L'Italie adopte le «testament biologique»

Fin de vieLes sénateurs italiens ont validé jeudi une loi permettant aux personnes en fin de vie de renoncer aux traitements médicaux, à l'alimentation et à l'hydratation.

Paolo Gentiloni,chef du gouvernement de centre-gauche, s'est réjoui de la décision du Sénat qui «ouvre la voie à un choix de civilisation. Un pas en avant pour la dignité de la personne».

Paolo Gentiloni,chef du gouvernement de centre-gauche, s'est réjoui de la décision du Sénat qui «ouvre la voie à un choix de civilisation. Un pas en avant pour la dignité de la personne». Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

L'Italie a adopté jeudi une loi sur la fin de vie ou «testament biologique» qui prévoit en particulier le droit à chacun de refuser tout traitement en phase terminale.

Après les députés, qui l'avaient très largement adoptée en avril, les sénateurs ont validé la loi par 180 voix pour, 71 contre. Il bénéficiait du soutien du Parti démocrate (centre-gauche, au pouvoir), de la Gauche Italienne et du Mouvement 5 Etoiles (populiste). Forza Italia (droite) de Silvio Berlusconi a laissé libre choix de conscience à ses élus tandis que la Ligue du Nord (extrême droite) et une partie des centristes ont voté contre.

«Le Sénat ouvre la voie à un choix de civilisation. Un pas en avant pour la dignité de la personne», s'est réjoui sur twitter le chef du gouvernement de centre-gauche, Paolo Gentiloni.

Par anticipation

Dernier grand texte de la législature avant les élections du printemps, le «bio-testament» accorde à toute personne majeure en fin de vie la possibilité de renoncer aux traitements médicaux, mais aussi à l'alimentation et à l'hydratation, ce dernier point ayant fait l'objet d'un amendement visant à l'annuler, mais finalement rejeté.

Il est prévu que ce choix soit exprimé par anticipation via des dispositions anticipées de traitement, document révocable ou révisable (écrit ou vidéo) où chacun précise les traitements auxquels il souhaite renoncer s'il se trouvait un jour dans l'incapacité d'exprimer des préférences.

Sédation palliative profonde

La loi autorise «une sédation palliative profonde et continue provoquant une altération de la conscience, jusqu'au moment du décès». Pour une personne mineure, un tuteur légal ou sa famille la plus proche pourront prendre une décision à sa place.

Le texte prévoit en outre qu'aucun traitement ne peut être engagé ou poursuivi sans le consentement libre et informé du patient par son médecin.

L'acharnement thérapeutique étant interdit, ce dernier devra «s'efforcer de soulager les souffrances du patient en cas de refus ou de retrait du consentement aux soins».

Exempté «de toute responsabilité pénale», le médecin pourra refuser de «débrancher une machine tenant en vie son patient», stipule le texte qui n'évoque pas explicitement l'objection de conscience.

Les élus catholiques en débat

Débattu pendant de longs mois, le bio-testament a donné lieu à d'âpres débats, y compris dans les rangs des élus catholiques. Parmi eux, certains ont dénoncé jeudi «l'entrée de l'euthanasie dans la loi italienne de la façon la plus barbare: la mort de faim et de soif», via l'arrêt de l'alimentation et de l'hydratation.

D'autres, en revanche, se sont dits satisfaits que la loi n'amène pas à un acharnement thérapeutique, reprenant ainsi les arguments récemment exprimés par le pape François.

Dans une lettre lue mi-novembre à l'Association médicale mondiale, le pontife argentin avait déclaré que l'euthanasie était «toujours mauvaise», mais qu'il était, en revanche, «licite» pour un patient de décider de renoncer à des soins thérapeutiques prolongeant la vie de manière peu conforme avec les normes éthiques et humanistes. (afp/nxp)

Créé: 14.12.2017, 15h51

Articles en relation

La France autorise la sédation en «fin de vie»

Euthanasie L'endormissement des malades en phase terminale a été adoptée mardi. Plus...

La France autorise la sédation en «fin de vie»

Euthanasie L'endormissement des malades en phase terminale a été adoptée mardi. Plus...

Les médecins refusent de trancher le sort de Vincent Lambert

Euthanasie Le corps médical français autour de ce paraplégique français en état végétatif n'a pas voulu statuer sur sa fin de vie. Plus...

Exit veut rendre le suicide plus accessible aux plus âgés

Euthanasie L'assemblée générale de la branche alémanique a adopté une proposition allant dans ce sens. Exit ne souhaite cependant pas définir ce que le terme «âgé» signifie et évoque plutôt des polypathologies. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.