L'Italie suspend l'utilisation d'un vaccin de Novartis

PharmaL'Italie a suspendu jeudi l'utilisation d'un vaccin contre la grippe produit par le groupe pharmaceutique bâlois.

L'utilisation du médicament Fluad est interdite en Italie.

L'utilisation du médicament Fluad est interdite en Italie.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L'Italie suspecte le médicament d'être à l'origine du décès de trois personnes âgées.

L'Agence italienne du médicament (AIFA) a suspendu l'utilisation de deux lots (142'701 et 143'301) du vaccin Fluad après que trois personnes auxquelles il a été injecté sont mortes. Par ailleurs, une quatrième est tombée gravement malade.

Les victimes sont deux femmes âgées de 87 et 79 ans et un homme de 68 ans, tous décédés entre le 12 et le 19 novembre dans le sud de l'Italie, selon les médias italiens. La quatrième personne, un homme âgé de 92 ans, est hospitalisé dans un état grave.

«Novartis a été avisé par l'AIFA d'une suspension préventive de deux lots de Fluad en Italie après le signalement de graves effets indésirables consécutifs à la vaccination. Aucune relation de cause avec le vaccin n'a été établie», a indiqué le géant pharmaceutique.

Un examen des deux lots «a confirmé qu'ils étaient conformes avec toutes les normes de production et de qualité», a ajouté Novartis.

Vaccins importants

Des responsables de la santé ont appelé au calme après l'annonce de la suspension de l'utilisation du vaccin. L'association de consommateurs italienne Codacons a demandé au ministère de la Santé de suspendre les campagnes en faveur de la vaccination, mais l'AIFA a insisté sur le fait que les vaccins sont «une ressource précieuse et irremplaçable pour la prévention de la grippe saisonnière».

«Nous devons nous assurer que le nombre de personnes qui se font vacciner ne diminue pas. Nous devons avoir confiance dans les vaccins», a déclaré le directeur de l'AIFA, Sergio Pecorelli, ajoutant que «8000 personnes meurent de la grippe saisonnière» chaque année.

Les lots suspects ont été produits dans une usine de Novartis située à Sienne, en Toscane. Selon le groupe bâlois, le Fluad est utilisé depuis 1997 et, depuis cette date, plus de 65 millions de doses ont été administrées avec succès dans le monde entier, «ce que confirment les données recueillies au cours d'études cliniques concernant plus de 70'000 patients».

Précédent en 2012

Le 24 octobre 2012, le ministère italien de la Santé avait déjà suspendu l'utilisation de plusieurs types de vaccins contre la grippe de Novartis, dont le Fluad. Après y avoir constaté des impuretés, il avait assuré qu'il était nécessaire «de procéder à de nouvelles vérifications concernant la qualité et la sûreté» des vaccins Aggripal, Fluad et Influpozzi.

Berne avait alors ordonné l'arrêt à titre préventif des livraisons de vaccins antigrippe du groupe bâlois, suivie par d'autres pays comme l'Autriche, l'Allemagne, la France et le Canada. La Suisse et le Canada avaient levé leur interdiction quelques jours plus tard, le 31 octobre. Paris, Rome et Vienne avaient fait de même le 9 novembre. (ats/nxp)

Créé: 28.11.2014, 06h48

Articles en relation

Alliance de poids pour Novartis dans les patchs à la nicotine

Etats-Unis Le géant pharmaceutique bâlois se sépare de la société Habitrol pour finaliser une alliance de taille avec le Britannique GlaxoSmithKline (GFK) aux Etats-Unis. Plus...

Les géants bâlois de la pharma à la pointe des investissements

Recherche En comparaison mondiale, Roche et Novartis se classent parmi les dix entreprises qui investissent le plus dans la recherche et le développement pharmaceutique. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.