Passer au contenu principal

BolivieJeanine Añez candidate à la présidentielle

Présidente par intérim en Bolivie depuis la démission d'Evo Morales, Jeanine Añez sera candidate le 3 mai prochain.

L'élection présidentielle prévue pour le 3 mai en Bolivie a été reportée sine die en raison de la propagation du coronavirus. (Samedi 21 mars 2020)
L'élection présidentielle prévue pour le 3 mai en Bolivie a été reportée sine die en raison de la propagation du coronavirus. (Samedi 21 mars 2020)
La présidentielle se tiendra le 3 mai en Bolivie. Le candidat du MAS, le parti de l'ex-président Evo Morales, sera l'économiste Luis Arce. (Dimanche 9 février 2020)
La présidentielle se tiendra le 3 mai en Bolivie. Le candidat du MAS, le parti de l'ex-président Evo Morales, sera l'économiste Luis Arce. (Dimanche 9 février 2020)
AFP
Lundi à 21h00 (03h00 en Suisse mardi), la page web du Tribunal suprême électoral bolivien (TSE) donnait Evo Morales (photo) en tête, avec 46,87% des voix, creusant l'écart avec son principal adversaire Carlos Mesa. (Lundi 21 octobre)
Lundi à 21h00 (03h00 en Suisse mardi), la page web du Tribunal suprême électoral bolivien (TSE) donnait Evo Morales (photo) en tête, avec 46,87% des voix, creusant l'écart avec son principal adversaire Carlos Mesa. (Lundi 21 octobre)
1 / 57

La présidente par intérim de la Bolivie Jeanine Añez a annoncé vendredi sa candidature à l'élection présidentielle du 3 mai, consécutive à la démission en novembre d'Evo Morales.

«J'ai pris la décision de me présenter comme candidate à l'élection» présidentielle (qui se déroule le même jour que des législatives), a affirmé dans un discours Jeanine Añez, qui a pris ses fonctions le 12 novembre, deux jours après le départ d'Evo Morales sur fond de mobilisation sociale appelant à sa démission.

«Je n'avais pas prévu de participer à cette élection», a-t-elle assuré, soulignant qu'elle avait finalement décidé de se lancer faute d'unité dans l'opposition au Mouvement vers le socialisme (MAS) de l'ex-président Morales, en tête des sondages. Ces derniers ont toutefois été réalisés avant l'annonce de la candidature de l'économiste Luis Arce.

«La dispersion des votes et des candidatures m'ont conduit à prendre cette décision», a précisé la présidente par intérim. Selon un sondage publié début janvier par le quotidien «Pagina Siete», le MAS est en tête des intentions de vote avec 20,7%, suivi de Mme Jeanine --qui n'était pas encore candidate-- avec 15,6% et du candidat centriste et ex-président Carlos Mesa (13,8%).

AFP

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.