Passer au contenu principal

EuropeJean-Marie Le Pen devra passer à la caisse

L'ex-président du FN et Bruno Gollnisch devront rembourser 700'000 francs dans l'affaire des emplois fictifs. La justice en a décidé ainsi mercredi.

Bruno Gollnisch et Jean-Marie Le Pen au Parlement européen.
Bruno Gollnisch et Jean-Marie Le Pen au Parlement européen.
AFP

Deux figures du Front national (FN), Jean-Marie Le Pen et Bruno Gollnisch, devront rembourser au Parlement européen près de 600'000 euros (700'000 francs) indûment versés au titre de l'assistance parlementaire, a décidé mercredi la Cour de justice de l'UE (CJUE). Les deux ténors de l'extrême-droite n'ont pas été en mesure de démontrer que leurs assistants assuraient des tâches effectives pour eux.

En 2016, le Parlement européen a décidé que Jean-Marie Le Pen avait indûment reçu 320'000 euros pour un collaborateur engagé comme assistant parlementaire local et devait les rendre. Une décision analogue a été prise la même année concernant Bruno Gollnisch, pour un montant de près de 276'000 euros.

Les deux eurodéputés avaient alors saisi le tribunal de l'UE pour faire annuler ces décisions, finalement confirmées mercredi par la CJUE.

ats

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.