Sessions dément toute collusion avec la Russie

Etats-UnisLe ministre américain de la Justice s'est expliqué devant le Sénat sur l'ingérence russe supposée dans la campagne Trump.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Auditionné devant le Sénat, le ministre américain de la justice a qualifié mardi de mensonge détestable toute allégation sur son éventuelle collusion avec la Russie lors de la campagne présidentielle. Ses souvenirs ont semblé en décalage avec ceux de l'ex-chef du FBI.

Eminence grise et très proche fidèle du président des Etats-Unis Donald Trump, Jeff Sessions s'est récusé dans l'enquête sur la Russie qui empoisonne la présidence. Mais certains le soupçonnent d'avoir continué en coulisses à tirer des ficelles, notamment en recommandant le renvoi en mai de l'ex-chef du FBI, James Comey.

Ce dernier a fortement irrité la Maison-Blanche avec son enquête sur l'ingérence de Moscou dans l'élection de 2016, afin de favoriser le candidat républicain.

«Je n'ai jamais rencontré ou eu de conversations avec un quelconque représentant russe ou étranger concernant une quelconque ingérence dans une campagne ou une élection aux Etats-Unis», a déclaré Jeff Sessions lors d'une audition publique devant les sénateurs de la commission du renseignement. «Mieux, je n'ai eu connaissance d'aucune conversation de ce type par quiconque appartenant à la campagne de M. Trump», a-t-il poursuivi.

«Suggérer que j'ai participé à une collusion ou que j'ai été informé d'une collusion avec le gouvernement russe afin de nuire à ce pays que je sers avec honneur depuis 35 ans ou afin d'affaiblir l'intégrité de notre processus démocratique est un mensonge épouvantable et détestable», a-t-il poursuivi.

Les mystères au Mayflower Hotel

Une des questions était de savoir combien de fois Jeff Sessions a rencontré l'an passé l'ambassadeur de Russie aux Etats-Unis, Sergueï Kisliak. Il s'était vu reprocher de n'avoir pas dit, lors de son audition de confirmation au Sénat en janvier, qu'il avait rencontré pendant la campagne présidentielle le diplomate. Le ministre avait ensuite dû admettre deux rencontres.

Ce mardi, Jeff Sessions s'en est tenu à ce chiffre, mais sans écarter formellement la possibilité d'une troisième rencontre dont il ne se souviendrait pas. «Je l'ai peut-être croisé dans une réception», a-t-il dit au sujet d'une réunion politique organisée en avril 2016 au Mayflower Hotel de Washington, où les deux hommes étaient présents.

L'Attorney General a déclaré n'avoir aucun souvenir d'une conversation avec l'ambassadeur russe. Il a expliqué avoir rédigé une note recommandant la destitution de James Comey après en avoir reçu la demande de la part du président Donald Trump.

Abandon de l'enquête

Un deuxième point sur lequel était très attendu Jeff Sessions concernait une réunion le 14 février à la Maison-Blanche, à l'issue de laquelle Donald Trump aurait demandé à James Comey d'abandonner l'enquête sur l'ancien conseiller Michael Flynn.

Selon la version de l'ex-grand chef policier, Donald Trump avait fait sortir tous ses conseillers du bureau ovale, y compris le ministre de la justice, avant de formuler sa requête.

Après cet épisode, James Comey dit être allé voir Jeff Sessions pour lui demander de s'interposer à l'avenir entre lui et le président, afin d'empêcher toute interférence politique dans les investigations. Jeff Sessions n'a pas répondu, selon son récit.

Interrogé sur cette réunion, Jeff Sessions a livré une version des faits semblant minimiser l'incongruité de la rencontre en tête-à-tête. «Je me souviens avoir été un des derniers à sortir» de la pièce, a relaté le ministre de la justice. Donald Trump et James Comey étaient selon lui occupés à discuter. «Cela ne m'a pas paru être un problème», a dit le ministre.

Sessions ne dit pas tout

James Comey «a soulevé le problème le lendemain», a-t-il poursuivi, et a exprimé sa «préoccupation». «J'avais confiance dans le fait qu'il se cantonnerait aux règles des communications avec la Maison-Blanche», a-t-il précisé.

Durant l'audition, le ministre de la justice s'est réfugié à plusieurs reprises dans une prérogative liée à sa fonction, lui permettant de ne pas révéler certains détails de ses discussions avec Donald Trump. Cette attitude a crispé certains sénateurs, qui ont reposé plusieurs fois les mêmes questions.

Cette déposition de l'Attorney General intervient dans un contexte de rumeurs entourant le possible limogeage du procureur spécial Robert Mueller, désigné mi-mai par le département de la justice pour poursuivre de manière indépendante l'enquête conduite par le FBI. Jeff Sessions a toutefois affirmé qu'il ne prendrait aucune initiative visant à remplacer le procureur Mueller. (ats/nxp)

Créé: 13.06.2017, 22h02

Galerie photo

En images, la levée de boucliers contre Donald Trump

En images, la levée de boucliers contre Donald Trump Dès son investiture le 20 janvier 2016, Donald Trump a été contesté par des manifestations dans le monde entier.

L'avocat personnel de Trump auditionné au Congrès en septembre

Michael Cohen, avocat personnel du président des Etats-Unis, Donald Trump, a annoncé mardi que la commission des renseignements de la chambre des représentants avait demandé à l'entendre le 5 septembre. «J'ai l'intention de me conformer à l'assignation», a-t-il précisé.

La commission enquête sur les soupçons d'ingérences de la Russie dans la campagne présidentielle de 2016 et sur d'éventuelles collusions entre Moscou et l'équipe de campagne de Donald Trump. La convocation de Michael Cohen a été approuvée le 31 mai, mais on ignorait la date.

Articles en relation

Le ministre de la Justice s'exprimera au Sénat

Etats-unis Dans le cadre de l'enquête sur l'ingérence russe supposée, Jeff Sessions va être entendu ce mardi. Plus...

Le ministre de la Justice va témoigner au Sénat

Etats-Unis Jeff Sessions, déjà connu dans l'affaire présumée d’ingérence russe dans le scrutin américain, propose au Sénat son témoignage, après celui de l'ex-directeur du FBI. Plus...

Trump vire 46 procureurs de l'ère Obama

Etats-Unis Fait rare, le ministre de la Justice américain demande la démission des 46 procureurs de l'ère Obama. Plus...

L'affaire des contacts avec Moscou gêne Trump

Etats-Unis Le ministre de la Justice américain Jeff Sessions a annoncé jeudi qu'il se récusait de toute enquête sur les ingérences russes. Plus...

Un autre soutien de Trump voyait les Russes

Jeff Sessions est accusé d’avoir caché ses contacts avec l’ambassadeur de Russie aux Etats-Unis l’année dernière. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.