«Jérusalem», «Capitale» et «Palestine»

Proche-OrientUne famille palestinienne a trouvé trois prénoms pour le moins originaux pour ses triplés nés en décembre.

Les triplé, de gauche à droite: «Jérusalem», «Palestine» et «Capitale»

Les triplé, de gauche à droite: «Jérusalem», «Palestine» et «Capitale» Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Quand d'autres sont allés jeter des pierres, un couple de Palestiniens de la bande de Gaza a protesté à sa manière contre la décision américaine de reconnaître Jérusalem comme capitale d'Israël. Il a appelé ses triplés «Jérusalem», «Capitale» et «Palestine».

«Grâce à Dieu, j'ai eu des triplés, et nous avons pu répondre à la décision de Trump», a dit vendredi à leur mère Islam al-Sukili, 25 ans, chez eux à Khan Younès.

Jérusalem et Palestine, deux garçons, et Capitale, une fille, sont nés en décembre, deux semaines après l'annonce par le président Donald Trump, le 6, que les Etats-Unis reconnaissaient Jérusalem comme la capitale d'Israël.

Cette initiative unilatérale, en rupture avec des décennies de diplomatie américaine et de consensus international, a provoqué la colère des Palestiniens qui revendiquent Jérusalem-Est, annexée par Israël, comme la capitale de l'Etat auquel ils aspirent. Israël proclame tout Jérusalem sa capitale «indivisible».

La communauté internationale juge illégale l'annexion de Jérusalem-Est. Elle estime que le statut final de la ville sainte, l'une des questions les plus épineuses du conflit, doit être réglé par la négociation.

«Décision sans valeur»

«La décision de Trump n'a aucune valeur, Jérusalem est notre capitale éternelle», assure le père des triplés, Nidal Sukili, 30 ans.

Aux visiteurs, les Sukili présentent volontiers leurs nourrissons endormis les uns à côté des autres, avec leur certificat de naissance sur leur couverture.

Mais au-delà de l'aspiration nationale, ces parents ont des préoccupations très terre-à-terre dans un territoire éprouvé par les guerres, la pauvreté et les blocus israélien et égyptien.

«Notre problème, c'est les couches et le lait», se plaint la mère, dont le mari est sans emploi. (ats/nxp)

Créé: 02.02.2018, 18h05

Galerie photo

Proche Orient: un siècle de conflit entre Israël et Palestine

Proche Orient: un siècle de conflit entre Israël et Palestine Le conflit israélo-palestinien a pris naissance à la fin du XIXe siècle. De la déclaration Balfour promettant la création d'un Foyer national juif à la reconnaissance par Donald Trump de Jérusalem comme capitale d'Israël.

Articles en relation

A Jérusalem, l'ambassade ouvrira «avant fin 2019»

Etats-Unis Le vice-président américain Mike Pence a assuré lundi devant le Parlement israélien que l'ambassade américaine en Israël ouvrirait à Jérusalem avant fin 2019. Plus...

Honoré d'être à Jérusalem, «capitale d'Israël»

Mike Pence Le vice-président américain s'est dit honoré lundi d'être à Jérusalem, «capitale d'Israël». Les dirigeants palestiniens, eux, boycottent sa visite dans la région. Plus...

Pence évoque Jérusalem avec le roi Abdallah

Jordanie Le vice-président américain a notamment pris connaissance des préoccupations du souverain jordanien quant au statut de la ville sainte. Plus...

Mike Pence entame une tournée sous tension

Proche-Orient La décision de Trump reconnaissant Jérusalem comme capitale d'Israël sera au centre de ce périple, déjà boycotté par Mahmoud Abbas, le président palestinien. Plus...

Le vice-président Pence se rend au Proche-Orient

Etats-Unis Après la décision choc de Donald Trump sur Jérusalem, son vice-président Mike Pence est parti vendredi pour le Proche-Orient. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.