Jérusalem: l'ONU condamne la décision US

Nations uniesLes Nations unies ont adopté jeudi à une large majorité une résolution contre la reconnaissance américaine de Jérusalem comme capitale d'Israël.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les Etats-Unis ont essuyé jeudi à l'Assemblée générale de l'ONU une large condamnation de leur reconnaissance de Jérusalem comme capitale d'Israël. Ils avaient pourtant multiplié les menaces financières contre les pays opposés à leur position.

Sur les 193 pays membres de l'ONU, 128 ont voté en faveur d'une résolution condamnant la décision annoncée le 6 décembre par Donald Trump sur Jérusalem. Celle-ci était à rebours du consensus de la communauté internationale, qui n'a jamais reconnu l'annexion de la partie orientale de la ville par l'Etat hébreu.

De nombreux alliés de Washington ont approuvé la résolution, dont la France et le Royaume-Uni. Neuf pays, parmi lesquels les Etats-Unis, Israël mais aussi le Guatemala et le Togo ont voté contre ce texte qui répond à une initiative des Palestiniens.

Signe que les menaces de Washington ont peut-être pesé, 35 Etats, dont le Canada, le Mexique, l'Argentine, la Pologne ou la Hongrie, se sont abstenus et 21 n'ont pas pris part au scrutin. Avant le vote, plusieurs ambassadeurs tablaient pour une adoption plus large, avec un score oscillant entre 165 et 190 votes pour.

Le vote n'est pas contraignant et l'administration étasunienne a fait savoir qu'elle ne changerait pas d'avis.

«Les Etats-Unis se souviendront»

«Les Etats-Unis se souviendront de cette journée qui les a vus cloués au pilori devant l'Assemblée générale pour le seul fait d'exercer notre droit de pays souverain», a clamé l'ambassadrice américaine à l'ONU Nikki Haley. «Nous nous en souviendrons quand on nous demandera encore une fois de verser la plus importante contribution» financière à l'ONU, a-t-elle lancé, menaçant à nouveau de «mieux dépenser» l'argent des Américains à l'avenir.

Les Etats-Unis ne cachent pas leur colère depuis un premier vote lundi au niveau du Conseil de sécurité. Ce vote «est une insulte que nous n'oublierons pas», avait lancé Nikki Haley à ses quatorze partenaires du Conseil, dont ses alliés européens, qui avaient unanimement approuvé la condamnation de la décision américaine.

In fine, cette résolution-là n'avait pas été adoptée, les Etats-Unis ayant utilisé leur veto de membre permanent. Mais l'unité des autres membres avait résonné comme un cinglant désaveu pour Washington.

Décision «sans force légale»

A l'Assemblée générale de l'ONU, aucun pays n'a de droit de veto. Le texte adopté jeudi affirme que toute décision sur le statut de Jérusalem «n'a pas de force légale, est nulle et non avenue et doit être révoquée».

Il souligne que cet épineux statut doit faire partie d'un accord de paix final entre Israéliens et Palestiniens, ces derniers voulant établir à Jérusalem-Est la capitale de l'Etat auquel ils aspirent.

Diplomates sidérés

A l'approche du scrutin, Washington a multiplié menaces et pressions. Des avertissements qui ont sidéré nombre de diplomates onusiens.

En réponse à la menace de Nikki Haley de «noter les noms» de ceux qui ont voté la résolution, le ministre palestinien des Affaires étrangères Riyad al-Malki a estimé que «l'Histoire note les noms» de «ceux qui défendent ce qui est juste» et de «ceux qui mentent».

Le président truc Recep Tayyip Erdogan, parmi les opposants les plus virulents à la position étasunienne, avait lui exhorté la communauté internationale à ne pas se «vendre» pour «une poignée de dollars». Après le vote, il a exhorté Donald Trump à revenir «sans délai» sur sa décision de reconnaître Jérusalem comme capitale d'Israël.

«Revers cinglant»

Les Palestiniens ont salué un «revers cinglant» pour les Etats-Unis. Cela «réaffirme que la juste cause des Palestiniens bénéficie du soutien du droit international», a réagi le porte-parole du président palestinien Mahmoud Abbas. «

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, rejetant la décision de l'Assemblée générale de l'ONU, qualifiée de »maison des mensonges«, a lui au contraire réagi »avec satisfaction face au nombre important de pays qui n'ont pas voté en faveur" de la résolution.

(afp/ats/nxp)

Créé: 21.12.2017, 21h26

Articles en relation

L'ONU appelée à voter jeudi, Washington menace

Jérusalem Une résolution condamnant la reconnaissance par Trump de Jérusalem comme capitale d'Israël va être soumise au vote jeudi. Plus...

«Le vote sur Jérusalem est une insulte»

Véto américain Le Conseil de sécurité de l'ONU appelle Donald Trump à revenir sur sa décision de reconnaître Jérusalem comme capitale de l'Etat d'Israël. Plus...

Le Conseil de sécurité va voter sur Jérusalem

ONU Lundi, le Conseil de sécurité de l'ONU doit voter sur un projet de résolution concernant Jérusalem. Donald Trump a décidé de reconnaître la ville comme la capitale d'Israël. Plus...

Paid Post

CallDoc, assuré malin et flexible
Bénéficiez de consultations médicales 24h/24, 7j/7 et faites des économies! Profitez du rabais de prime sur l’assurance-maladie de base. Demandez une offre maintenant.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.