Passer au contenu principal

FranceUn jeune cadre du FN incendiait des voitures

Cet ancien militant du parti d'extrême droite espérait ainsi exacerber le sentiment d'insécurité. Il comparaissait au tribunal mercredi.

Le site internet du jeune homme est actuellement en maintenance.
Le site internet du jeune homme est actuellement en maintenance.
Capture d'écran www.adriendesport.fr

«Je suis très peu fier de ce que j'ai fait», a déclaré Adrien Desport, ex-responsable du Front national (FN) en Seine-et-Marne, qui comparaît mercredi devant le tribunal correctionnel de Meaux pour avoir détruit des dizaines de voitures afin de faire croire à une montée de l'insécurité.

La justice reproche à Adrien Desport, 25 ans, ainsi qu'à trois étudiants, un commercial et une dresseuse canine, d'avoir incendié des voitures en Seine-et-Marne et dans le Val-d'Oise. Ils sont aussi soupçonnés participé à une association de malfaiteurs, dénoncé une agression imaginaire, consommé des produits stupéfiants et vandalisé des véhicules.

«Des gamineries»

Le groupe d'amis, âgés de 19 à 25 ans, est notamment soupçonné d'avoir incendié volontairement treize voitures à Mitry-Mory (Seine-et-Marne) une nuit de début avril.

«C'étaient des gamineries», a tenté d'expliquer à l'audience Adrien Desport, un homme de taille moyenne, très brun, au teint diaphane, et dont les lunettes et la veste noire donnent une allure respectable de jeune cadre dynamique.

L'ancien militant du Front national qui se plaisait à se présenter comme un cadre du parti d'extrême droite chargé de la communication pour la Seine-et-Marne, a admis avoir mis le feu à une voiture. Pour les douze autres, le prévenu ne se souvient plus mais «j'assume l'ensemble», a-t-il déclaré.

Décrit comme un manipulateur

«J'ai commis des erreurs, je suis ici pour payer pour ce que j'ai fait», a-t-il ajouté, tout en minimisant son implication, alors que ses anciens acolytes le décrivent comme un «manipulateur» qui parfois leur faisait peur.

La présidente Olivera Djukic a évoqué des soirées de «beuverie et de prise de médicaments», avant de partir en tournées destructrices visant des véhicules au hasard, ou d'autres appartenant à des personnes avec qui le groupe avait des comptes à régler.

Adrien Desport a aussi nié avoir eu pour projet d'incendier un immeuble et de tendre un guet-apens à des policiers pour leur voler leurs armes. «C'est ridicule, moi tout seul... Il faut me retirer le titre de cerveau mafieux de l'affaire.»

AFP

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.