Joe Biden encore accusé de gestes déplacés

Etats-UnisUne nouvelle femme accuse l'ancien vice-président Joe Biden, potentiel candidat pour 2020, de gestes déplacés. Son équipe dénonce des images «calomnieuses».

Joe Biden a déjà été accusé vendredi par Lucy Flores, 39 ans, ex-élue démocrate de l'Assemblée du Nevada, d'un baiser déplacé, «sur le haut de la tête», en 2014 lors d'un meeting de campagne.

Joe Biden a déjà été accusé vendredi par Lucy Flores, 39 ans, ex-élue démocrate de l'Assemblée du Nevada, d'un baiser déplacé, «sur le haut de la tête», en 2014 lors d'un meeting de campagne. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L'équipe du démocrate Joe Biden, candidat pressenti pour la présidentielle américaine de 2020, a dénoncé lundi une campagne de «calomnies» face aux images montrant l'ancien vice-président dans des situations apparemment gênantes avec des femmes, tandis qu'une seconde accusatrice a révélé d'anciens gestes déplacés.

A 76 ans, Joe Biden domine les sondages dans le camp démocrate, alors même qu'il n'est pas officiellement candidat à la Maison Blanche. Mais ces accusations et la polémique qui enfle depuis vendredi menacent la probable candidature de l'ancien vice-président de Barack Obama, dans un pays où les sensibilités ont nettement évolué depuis le déferlement de la vague #MeToo qui a fait tomber nombre de personnalités pour harcèlement sexuel.

«Il a mis sa main autour de mon cou, m'a attirée vers lui pour se frotter le nez contre le mien. Pendant qu'il me tirait vers lui, j'ai cru qu'il allait m'embrasser sur la bouche», raconte Amy Lappos. «Ce n'était pas de nature sexuelle», mais ce geste relève du «sexisme ou de la misogynie», estime cette femme aujourd'hui âgée de 43 ans, dans le journal «Hartford Courant». Ces faits remontent à 2009, lors d'une réunion démocrate pour lever des fonds.

Des images qui «déforment» la réalité

Connu pour être tactile avec les femmes, Joe Biden a déjà été accusé vendredi par Lucy Flores, 39 ans, ex-élue démocrate de l'Assemblée du Nevada, d'un baiser déplacé, «sur le haut de la tête», en 2014 lors d'un meeting de campagne. Des images défilent depuis en boucle le montrant dans des situations pouvant paraître déplacées avec des femmes et des jeunes filles, généralement lors d'évènements publics.

L'une d'elle a pris sa défense. Stephanie Carter, épouse de l'ex-ministre de la Défense Ashton Carter, affirme sur le site Medium qu'une image amplement reprise montrant Joe Biden à la Maison Blanche en 2015 se tenant debout derrière elle, les mains sur ses épaules, trahit la réalité d'un moment de pure complicité et de solidarité.

L'équipe de Joe Biden a cité son exemple pour dénoncer lundi dans un communiqué des images qui «déforment» la réalité. «Ces calomnies et manipulations existent depuis un moment dans les recoins sombres d'internet. Et, jusqu'à aujourd'hui, des trolls de droite et d'autres continuent de les exploiter à leur propre avantage». S'il dit ne pas se souvenir des faits que lui reprochent les deux femmes, Joe Biden a en revanche pris soin de ne pas les attaquer, affirmant dimanche qu'elles devaient «être écoutées». (afp/nxp)

Créé: 02.04.2019, 01h24

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.