Passer au contenu principal

Crise ukrainienneWashington enverra des troupes en Europe

Washington va envoyer quelque 600 soldats dans les prochains jours en Pologne et dans les pays baltes pour des exercices visant à rassurer ses alliés européens.

Après avoir annoncé un cessez-le-feu «sous peu», Petro Porochenko a également promis mercredi l'amnistie «à ceux qui déposeront les armes et à ceux qui n'auront pas commis de crimes graves». (18 juin 2014)
Après avoir annoncé un cessez-le-feu «sous peu», Petro Porochenko a également promis mercredi l'amnistie «à ceux qui déposeront les armes et à ceux qui n'auront pas commis de crimes graves». (18 juin 2014)
AFP
Didier Burkhalter: «Nous avons besoin d'un cessez-le-feu pour les élections», a déclaré le président de l'OSCE à l'aéroport de Vienne, où se tenait une conférence des ministres des affaires étrangères du Conseil de l'Europe. (6 mai 2014)
Didier Burkhalter: «Nous avons besoin d'un cessez-le-feu pour les élections», a déclaré le président de l'OSCE à l'aéroport de Vienne, où se tenait une conférence des ministres des affaires étrangères du Conseil de l'Europe. (6 mai 2014)
Keystone
Ianoukovitch a annoncé dans une conférence de presse en Russie qu'il allait «poursuivre la lutte» (28 février 2014)
Ianoukovitch a annoncé dans une conférence de presse en Russie qu'il allait «poursuivre la lutte» (28 février 2014)
Capture d'écran BFM TV
1 / 147

Une compagnie de 150 hommes de la 173e brigade aéroportée de l'armée américaine, basée en Italie, doit arriver mercredi en Pologne. Dans les prochains jours, environ 450 hommes se rendront en Estonie, en Lettonie et en Lituanie, pour des exercices «qui doivent avoir lieu au cours des prochains mois et au-delà», a déclaré lors d'une conférence de presse le contre-amiral John Kirby, porte-parole du Pentagone.

Message à Moscou

«Depuis l'agression russe en Ukraine, nous étudions tous les moyens possibles pour rassurer nos alliés et nos partenaires», a-t-il ajouté. Ce geste «est l'expression concrète des obligations qui nous lient en matière de sécurité en Europe», a encore souligné le contre-amiral Kirby. «C'est un message adressé à Moscou».

Ce déploiement doit durer un mois, à l'issue duquel les troupes seront remplacées par d'autres forces de l'US Army. En outre, le porte-parole n'a pas exclu que des exercices puissent se dérouler dans d'autres pays membres de l'Otan dans la région.

Reprise de l'opération «antiterroriste»

De son côté, le président ukrainien par intérim Olexandre Tourtchinov a annoncé la reprise de l'opération «antiterroriste» dans l'Est de l'Ukraine, suspendue avant Pâques, et estimé que les activistes pro-russes avaient «franchi la ligne rouge».

Il a expliqué avoir pris cette décision après la découverte de corps de deux hommes «sauvagement torturés» dont l'un appartiendrait à Volodymyr Rybak, un élu local du parti pro-occidental Batkivchtchina de Ioulia Timochenko, auquel il appartient également.

Autre signe des tensions, un avion militaire ukrainien a été touché par des tirs depuis Slaviansk, ville de l'Est aux mains des insurgés pro-russes. L'appareil a atterri sans incident, selon un communiqué du ministère ukrainien de la Défense.

Des paroles aux actes

Ces événements surviennent alors que Joe Biden a appelé la Russie à passer des paroles aux actes après le compromis international jeudi dernier à Genève entre la Russie, les Etats-Unis, l'Ukraine et l'Union européenne.

«Nous avons entendu beaucoup de choses de la part des responsables russes ces derniers jours. Mais désormais, le moment est venu pour la Russie d'arrêter de parler et de commencer à agir», a-t-il estimé après un entretien avec le Premier ministre ukrainien Arseni Iatseniouk, soulignant: «le temps presse pour accomplir des progrès».

Plan d'aide de 50 millions

Soucieux d'apporter un soutien sans ambiguïté au gouvernement ukrainien, Joe Biden a promis un plan d'aide à Kiev. Il ne s'élève qu'à 50 millions de dollars, une goutte d'eau en comparaison au milliard de dollars de garanties de prêts déjà promis, mais il donne une idée de la volonté de Washington d'appuyer le gouvernement ukrainien.

Sur cette somme, 11,4 millions sont destinés à aider au bon fonctionnement du scrutin du 25 mai, échéance que le vice-président américain perçoit comme «l'élection la plus importante dans l'histoire de l'Ukraine».

En plus de ce plan, Washington va livrer du matériel militaire non létal, comme des véhicules ou des appareils de transmission radio, pour un montant de 8 millions de dollars, précisent les services de Joe Biden.

«Une voie sans issue»

Le vice-président américain a par ailleurs souligné mardi que de nouvelles provocations russes «auraient un coût supplémentaire et conduiraient à un plus grand isolement».

Pour la diplomatie américaine, le temps presse d'autant plus qu'elle a annoncé qu'elle déciderait de prendre ou non des mesures de rétorsion dans les «jours» suivant la signature de l'accord de Genève.

Ces mesures sont une «voie sans issue», a réagi mardi le Premier ministre russe Dmitri Medvedev dans un discours devant la Douma (chambre basse du Parlement).

ats

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.