Johan Cosar se battra jusqu'au bout pour sa communauté

SyrieJohan Cosar, un Suisse d'origine syrienne, se bat aux côtés des Syriaques depuis deux ans. Il sait qu'il risque la prison s'il rentre en Suisse mais ne veut pas laisser sa communauté seule face au groupe Etat islamique.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Johan Cosar n'est plus un inconnu. Ce Suisse d'origine syriaque est retourné dans la région de ses parents dans le nord-est de la Syrie. Pour y combattre le groupe Etat islamique (EI) qui menace d'exterminer sa communauté.

Sous le nom de guerre d'Omit, ce Suisse de 32 ans né à Saint-Gall et vivant au Tessin, commande un groupe de combattants et leur fait bénéficier de la formation militaire qu'il a reçue comme sous-officier en Suisse.

«La journée, c'est normalement tranquille et notre travail commence vers huit heures du soir», comme il l'a expliqué au Tages-Anzeiger dans son édition du 17 octobre.

Une contribution bienvenue

Il a rejoint les Syriaques voici deux ans. Il était venu pour un reportage et il est resté pour combattre, bien que ce n'était pas son intention première. Mais il a vu la détresse des gens et ce qu'il pouvait apporter. L'ancien sous-officier a contribué à organiser la milice d'auto-défense Sutoro, qui compte un millier de combattants chargés de protéger les territoires chrétiens du nord-est de la Syrie.

Il a ensuite occupé différents postes au sein du Conseil militaire syriaque (Syriac Military Council ou SMC). Johan Cosar, aussi membre du commandement central, est actuellement l'équivalent d'un commandant de bataillon. Et il continue de former et d'entraîner ses troupes. «Vous avez vu l'organisation des checkpoints par ici? C'est catastrophique.»

Collaboration avec les Kurdes

De sa position à une dizaine de kilomètres de la ville de Qamishli, il guette les mouvements des djihadistes. Johan Cosar voit son combat comme une défense des valeurs humanitaires et démocratiques. «Le SMC a été créé pour défendre l'identité syriaque en Syrie. Nous ne sommes pas une quelconque minorité, mais un peuple et nos racines sont ici.»

Et si les partis politiques sont importants, il ajoute qu'il faut aussi des forces sur le terrain pour être pris au sérieux. Son groupe collabore étroitement avec les Peshmergas kurdes mais il ne combat pas le reste des troupes gouvernementales, dont la plupart sont parties à l'été 2012. Ces dernières cohabitent harmonieusement avec les Kurdes à Qamishli.

Pour un armement moderne

Le SMC n'est pas un acteur majeur dans la guerre civile qui ravage la Syrie et selon Johan Cosar, le mouvement a moins besoin de troupes que d'armement moderne capable de faire la différence. Les Syriaques n'ont eu pour le moment aucune perte à déplorer, ce que Johan Cosar attribue à l'entraînement qu'il prodigue. «Merci à la Suisse!», ajoute-t-il en riant.

Il tient aussi à démentir les rumeurs selon lesquelles il voudrait continuer son combat en Suisse. «Foutaises! Que ceux qui le disent viennent ici et voient ce que nous faisons. Nous n'aimons ni la guerre ni les armes.» Et de rappeler qu'il a appris en Suisse à se battre uniquement pour défendre.

La Suisse lui manque

Mais sur le terrain, ce n'est pas toujours aussi simple. Depuis le début septembre, son groupe participe à une offensive avec des Kurdes contre la ville voisine de Tal Hamis, considérée dans la région comme un bastion de l'Etat islamique.

Johan Cosar sait qu'il encourt la prison à son retour en Suisse au regard du droit militaire. Mais il se montre confiant. «Je n'ai rien entrepris contre la Suisse et je suis convaincu que les autorités se montreront compréhensives.»

Un retour n'est donc pas à l'ordre du jour pour le moment, bien que la Suisse lui manque. Il se rappelle ses virées nocturnes au Club Spidergalaxy à Zurich. «C'était le bon temps!»

Créé: 17.10.2014, 13h06

Dossiers

Galerie photo

La Syrie en guerre civile (août 2013 - septembre 2015)

La Syrie en guerre civile (août 2013 - septembre 2015) Accusé par la communauté internationale de s'en prendre à la population civile, Bachar al-Assad se maintient au pouvoir d'une main de fer

Articles en relation

55 djihadistes ont déjà voyagé hors de Suisse

Syrie/Irak Le nombre de djihadistes de Suisse a explosé. Le Service de renseignement de la Confédération a recensé 55 départs jusqu'à aujourd'hui contre une vingtaine en mai 2013. Six personnes sont mortes. Plus...

Quand les hooligans veulent «chasser les djihadistes»

EXTREMES Un phénomène inquiète l'Allemagne: les hooligans mettent de côté leurs différences pour «chasser» ensemble les islamistes radicaux. Plus...

Des chrétiens syriaques reçus à Berne

Etat islamique Le secrétaire d'Etat aux affaires étrangères Yves Rossier a rencontré lundi à Berne des représentants de la communauté syriaque. L'entrevue a permis des échanges sur le fédéralisme, la formation politique et l'impunité. Plus...

UDC, PDC et PLR veulent durcir la loi contre les djihadistes

Suisse L'augmentation significative du nombre des djihadistes de Suisse suscite la réaction de l'UDC, le PDC et le PLR qui appellent à un durcissement de la législation. Plus...

Des djihadistes suisses combattraient en Irak et en Syrie

Etat islamique Le procureur général de la Confédération se dit préoccupé par les djihadistes suisses combattant en Irak et en Syrie aux côtés d'organisations comme l'Etat islamique (EI). Quatre personnes font l'objet d'une enquête. Plus...

Google Map

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 21 septembre 2019
(Image: Valott?) Plus...