Julian Assange espère «gagner» d'ici six mois

JusticeLe fondateur de WikiLeaks espère gagner sa bataille avec Londres afin de pouvoir quitter l'ambassade d'Equateur sans être arrêté.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le fondateur de WikiLeaks Julian Assange a affirmé jeudi qu'il espérait «gagner» d'ici six mois sa bataille avec les autorités britanniques, ce qui lui permettrait de quitter l'ambassade d'Equateur à Londres sans être extradé vers les Etats-Unis.

«Je crois que d'ici six mois nous allons gagner. Ca va être une victoire historique», a déclaré le citoyen australien, lors d'une vidéo-conférence organisée pour un centre d'étude de Quito, depuis l'ambassade d'Equateur à Londres, où il vit reclus depuis cinq ans.

«Si je ne gagne pas, alors je sortirai d'ici et je partirai dans une prison britannique pour dix ans de plus, où j'aurai à répondre d'accusations ridicules (...) et où je devrai lutter contre mon extradition vers les Etats-Unis», a-t-il poursuivi.

Abandon des poursuites en Suède

Julian Assange pourrait être poursuivi par les Etats-Unis pour la publication par WikiLeaks de documents militaires et diplomatiques confidentiels.

En mai, la justice suédoise avait définitivement abandonné les poursuites pour viol qui visaient l'Australien de 45 ans et levé le mandat d'arrêt européen qui le visait dans ce cadre.

Mais Julian Assange n'avait pas pour autant pu quitter les locaux diplomatiques londoniens de l'Equateur, où il s'était réfugié en juin 2012, la police britannique ayant fait savoir qu'elle était toujours «obligée» de l'arrêter car il aurait enfreint les conditions de sa liberté sous caution au Royaume-Uni.

«La vraie bataille commence maintenant», avait alors affirmé Julian Assange depuis l'ambassade, craignant toujours une manoeuvre pour le faire extrader vers les Etats-Unis, non plus par la Suède désormais, mais par les autorités britanniques.

Baltasar Garzon accuse Londres

Les Etats-Unis, de leur côté, refusent toujours de confirmer officiellement si une procédure judiciaire est ouverte ou non contre Julian Assange. Selon la presse américaine, les autorités judiciaires américaines prépareraient bien un dossier d'accusation contre Julian Assange.

De même, les autorités britanniques ont toujours refusé de dire si elles ont reçu des Etats-Unis une demande officielle d'extradition concernant Julian Assange. Selon l'ex-juge espagnol Baltasar Garzon, directeur de la défense de Julian Assange, «le Royaume-Uni ignore, contourne, enfreint et viole toutes les règles du droit international» dans le dossier du fondateur de WikiLeaks en lui refusant le sauf-conduit qui lui permettrait de partir en Equateur, qui lui a accordé le droit d'asile.

L'ancien juge a averti qu'il allait saisir trois instances des Nations unies de ce dossier: le Comité contre la torture, le Rapporteur spécial sur la torture et le Rapporteur spécial sur le droit à la santé.

La ministre équatorienne des Affaires étrangères, Maria Fernanda Espinosa, a expliqué de son côté jeudi que son gouvernement restait en contact avec les autorités britanniques pour trouver une solution à ce dossier. (afp/nxp)

Créé: 23.06.2017, 04h48

Articles en relation

Pamela Anderson invite Macron à Saint-Tropez

France L'actrice va ouvrir un restaurant éphémère sur la Côte d'Azur cet été et aimerait que le président français donne asile à Julian Assange. Plus...

Assange pourra rester à l'ambassade de Londres

Equateur Le nouveau président équatorien, bien que qualifiant Assange de «hackeur», continuera à offrir l'asile au fondateur de WikiLeaks. Plus...

5 scénarios pour l'avenir de Julian Assange

Justice La Suède venant d'abandonner ses poursuites pour viol, que va-t-il advenir de Julian Assange? Passage en revue des possibilités. Plus...

Paid Post

CallDoc, assuré malin et flexible
Bénéficiez de consultations médicales 24h/24, 7j/7 et faites des économies! Profitez du rabais de prime sur l’assurance-maladie de base. Demandez une offre maintenant.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.