Un proche de Julian Assange remis en liberté

EquateurJugeant sa détention «illégitime et arbitraire», un tribunal équatorien a libéré le Suédois Ola Bini jeudi.

Ola Bini, le 2 mai dernier en Equateur.

Ola Bini, le 2 mai dernier en Equateur. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La justice équatorienne a ordonné jeudi la remise en liberté du Suédois Ola Bini, décrit comme un proche du fondateur de WikiLeaks Julian Assange et inculpé pour attaque de systèmes informatiques, estimant sa détention «arbitraire».

Un tribunal a accepté avec deux voix pour et une contre la demande de libération présentée par la défense du ressortissant suédois. Il avait été arrêté alors qu'il tentait de se rendre au Japon, le 11 avril. Ce même jour, Julian Assange, à qui l'Equateur venait de retirer l'asile, était arrêté dans l'ambassade équatorienne à Londres où il était réfugié depuis 2012.

«En effet, il y a eu violation du droit à la liberté» du ressortissant suédois et sa détention était «illégitime et arbitraire», a déclaré le juge Patricio Vaca en lisant la décision du tribunal.

«Enquête illégitime»

Le tribunal a néanmoins ordonné à Ola Bini de se présenter régulièrement devant les autorités et lui a interdit de quitter le pays afin de garantir sa présence et sa collaboration dans l'enquête dont il fait l'objet. La défense assure que Ola Bini est innocent et que le parquet n'a pas pu prouver les accusations à son encontre. «Demain je vais quitter la prison, mais je ne serai pas libre tant que cette enquête illégitime se poursuit», a déclaré Ola Bini.

Lors de son arrestation, la ministre de l'Intérieur, Maria Paula Romo, avait affirmé qu'une personne proche d'Assange était impliquée dans un plan de «déstabilisation» du président Lenin Moreno. Elle avait décrit Ola Bini comme une «personne proche de WikiLeaks», ajoutant qu'il s'était rendu ces dernières années au moins 12 fois à l'ambassade d'Equateur à Londres.

L'Australien Julian Assange, 47 ans, a été arrêté dans l'ambassade de Quito à Londres où il était réfugié depuis 2012 pour éviter d'être extradé vers la Suède, où il était accusé de viol, un dossier depuis classé.

Réclamé aussi par les Etats-Unis, il a refusé son extradition jeudi devant la justice britannique. Le président équatorien d'alors, Rafael Correa (2007-2017), avait accordé l'asile diplomatique au fondateur de WikiLeaks. Lenin Moreno, son successeur, lui a retiré l'asile de même que la nationalité accordée en 2017. (afp/nxp)

Créé: 21.06.2019, 05h11

Articles en relation

Londres certifie la demande d'extradition d'Assange

Affaire WikiLeaks Le gouvernement britannique a confirmé ce jeudi la demande américaine d'extrader le fondateur de WikiLeaks, actuellement incarcéré à Londres. Plus...

Un tribunal suédois rejette l'arrestation d'Assange

Wikileaks Le tribunal d'Uppsala en Suède s'est opposé au parquet qui demandait le placement en détention par défaut du fondateur de WikiLeaks Julian Assange, poursuivi pour un viol présumé. Plus...

Assange a été «torturé psychologiquement»

Londres Julian Assange présente «tous les symptômes (de) torture psychologique», a affirmé vendredi le Rapporteur de l'ONU sur la torture, qui a pu le rencontrer en prison avec des médecins. Plus...

Un «proche» d'Assange arrêté en Equateur

Wikileaks L'Equateur accuse cette personne d'avoir «collaboré aux tentatives de déstabilisation du gouvernement» équatorien. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.