Juncker double son plan d'investissement

Union EuropéenneLe plan, qui devait s'achever en 2017, sera prolongé jusqu'en 2023, a ajouté le président de la Commission européenne.

Jean-Claude Juncker s'est exprime lors de son «discours sur l'état de l'Union» prononcé à Strasbourg.

Jean-Claude Juncker s'est exprime lors de son «discours sur l'état de l'Union» prononcé à Strasbourg. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, a annoncé mardi le doublement du plan d'investissement de 315 milliards d'euros. Il l'avait lancé en 2014 pour relancer la croissance en Europe.

Le plan, qui devait s'achever en 2017, sera prolongé jusqu'en 2023, a-t-il dit lors de son «discours sur l'état de l'Union» prononcé à Strasbourg.

Le mécanisme qui repose sur des investissements privés garantis par des fonds européens, aura une capacité de mobilisation de «500 milliards d'euros à l'horizon 2020» et même «630 milliards dès 2022», a dit Jean-Claude Juncker.

Le Brexit pas une menace

L'existence de l'Union européenne n'est «pas menacée» par la décision britannique de la quitter. C'est ce qu'a assuré Jean-Claude Juncker, dans son discours programme annuel sur l'état de l'Union.

«Nous respectons la décision britannique tout en la déplorant, mais l'UE n'est pas menacée dans son existence par cette décision», a déclaré M. Juncker devant le Parlement européen, réuni en séance plénière à Strasbourg.

Des bénéfices à imposer sur place

Toute entreprise implantée en Europe doit payer des impôts là où elle engrange des bénéfices. C'est ce qu'a déclaré le président de la Commission européenne (CE).

Le chef de l'exécutif communautaire s'exprimait dans le cadre du débat annuel sur l'état de l'Union au Parlement européen à Strasbourg, deux semaines après la décision de la CE d'ordonner à l'Irlande de réclamer Apple 13 milliards d'euros au titre de l'impôt sur les bénéfices.

«Les entreprises, qu'elles soient grandes ou petites, doivent payer leurs impôts là où elles réalisent leurs bénéfices», a dit Jean-Claude Juncker.

«Cette Commission obtient des résultats dans le combat contre l'évasion fiscale», a-t-il ajouté. (ats/nxp)

Créé: 14.09.2016, 10h23

Articles en relation

Juncker fait front face au Brexit et au populisme

Parlement européen L'UE survivra à la «crise existentielle» suscitée par le Brexit, a certifié mercredi le président de la Commission européenne Plus...

Barroso déplore des mesures «discriminatoires»

Goldman Sachs Jean-Claude Juncker a demandé des «clarifications» à Jose Manuel Barroso sur son embauche par la banque américaine Goldman Sachs. Plus...

«Affaire Barroso»: Juncker réclame des «clarifications»

Bruxelles Le président de la Commission européenne veut des précisions sur le recrutement de son prédécesseur José Manuel Barroso par la banque d'affaires Goldman Sachs. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.