Passer au contenu principal

Juncker plaide pour une Europe plurielle

Le président de la Commission européenne estime que pour avancer, l'Europe peut adopter plusieurs vitesses.

Le président du Conseil européen Donald Tusk s'exprime lors de son arrivée au Sommet Européen spécialement dédié au Brexit à Bruxelles. (Samedi 29 avril 2017)
Le président du Conseil européen Donald Tusk s'exprime lors de son arrivée au Sommet Européen spécialement dédié au Brexit à Bruxelles. (Samedi 29 avril 2017)
Keystone
Nicola Sturgeon rédige une lettre à la Première ministre britannique dans laquelle elle souligne que «le peuple écossais doit avoir le droit de choisir son propre avenir». (Jeudi 30 mars 2017)
Nicola Sturgeon rédige une lettre à la Première ministre britannique dans laquelle elle souligne que «le peuple écossais doit avoir le droit de choisir son propre avenir». (Jeudi 30 mars 2017)
AFP
David Cameron a affirmé qu'il était important que le Royaume-Uni garde des liens étroits avec l'Europe. (Lundi 27 juin 2016)
David Cameron a affirmé qu'il était important que le Royaume-Uni garde des liens étroits avec l'Europe. (Lundi 27 juin 2016)
Keystone
1 / 150

Le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, a plaidé jeudi pour une Europe à plusieurs vitesses. L'UE fait face à une crise qui ébranle les Etats-membres après le vote britannique en faveur du Brexit.

Est-ce que nous voulons avancer à 28? Ou est-ce qu'il ne faudrait pas que ceux qui veulent avancer plus rapidement puissent le faire sans gêner les autres, en mettant en place une construction plus structurée, ouverte à tout le monde», s'est interrogé M. Juncker lors d'une conférence à l'université catholique francophone de Louvain-la-Neuve (UCL), près de Bruxelles.

«L'heure n'est plus à s'imaginer que nous pourrions tous faire la même chose ensemble», a reconnu Jean-Claude Juncker devant des étudiants en droit de l'UCL, dans son intervention consacrée à «L'Europe: une vision d'avenir».

Cercles concentriques

«Je plaiderai en ce sens au cours des journées à venir», a-t-il précisé, alors que la commission doit publier prochainement un «livre blanc» avant le sommet européen du 25 mars à Rome qui marquera le 60e anniversaire du traité fondateur de l'UE. Le sommet à 27, donc sans le Royaume-Uni, est hautement symbolique au moment où l'Union européenne (UE) est ébranlée par des crises à répétition.

«Ceux qui sont d'accord pour faire le plus grand nombre de choses ensemble, qu'ils se mettent d'accord sur ce qui est essentiel à faire, qu'ils soient 15 ou 28», a-t-il insisté avant d'ajouter: «Et cela peut varier d'un sujet à l'autre», défense, politique économique, etc.

«Je crois qu'il faut s'imaginer le continent en cercles concentriques», a expliqué le chef de la commission, souhaitant qu'il y ait «autour du centre de l'Europe une orbite où peuvent prendre place ceux qui n'aiment pas partager toutes les ambitions des autres». «J'y vois le Royaume-Uni, par exemple, la Turquie et d'autres qui ne le savent pas encore», a-t-il conclu.

La Première ministre britannique, Theresa May, s'est engagée à déclencher formellement la procédure de divorce avec l'Union européenne avant la fin mars.

(ats)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.