«Jungle» de Calais: l'Etat doit installer des sanitaires

FranceLa justice a ordonné lundi à l'Etat de réaliser divers aménagements sanitaires au coeur du bidonville de Calais, où vivent quelque 6000 migrants dans des conditions précaires.

Près de 6000 migrants vivent dans le bidonville de Calais.

Près de 6000 migrants vivent dans le bidonville de Calais. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le tribunal administratif de Lille s’est prononcé sur le recours déposé il y a une semaine par le Secours catholique, Médecins du Monde et six demandeurs d’asile. Soulignant «l'urgence caractérisée» de la situation sur le campement, le tribunal a ordonné à la préfète du Pas-de-Calais et à la commune de Calais de créer dix points d'eau supplémentaires comportant chacun cinq robinets, cinquante latrines et «un ou plusieurs accès» pour les services d'urgence.

Médecins du monde et le Secours catholique, soutenus par d'autres ONG, avaient déposé un recours «en vue de mettre fin aux atteintes graves aux libertés fondamentales» des migrants vivant dans ce camp situé sur une lande et dont le nombre a quasiment doublé depuis la fin du mois de septembre.

La justice administrative a également ordonné la mise en place d'un système de collecte des ordures et le nettoyage du site. Toutes ces mesures doivent être concrétisées dans un délai de huit jours, «sous astreinte pour chacune d'elles de 100 euros par jour de retard».

«Une première victoire»

Il est également demandé à la préfecture du Pas-de-Calais «de procéder, dans un délai de 48 heures à compter de la notification de la présente ordonnance, au recensement des mineurs isolés en situation de détresse et de se rapprocher du département du Pas-de-Calais en vue de leur placement».

L'avocat des ONG, Me Patrice Spinosi, a salué une décision constituant «une première victoire», même si elle «n'est pas satisfaisante pour autant, en particulier concernant le démantèlement du camp, que nous continuons de réclamer et sur l'accès aux soins». «Le cas échéant, nous envisagerons d'autres recours», a-t-il affirmé à l'AFP.

D'autres requêtes des associations ont été rejetées, dont l'allocation de bâtiments inoccupés au logement temporaire et d'urgence des pensionnaires du camp, ou encore la distribution au centre Jules-Ferry de deux repas par jour pour l'ensemble des 6.000 migrants, contre actuellement 2.500 repas une seule fois par jour.

Dans un communiqué, la Préfecture du Pas-de-Calais a noté «avec satisfaction» que «le juge n'a pas retenu à l'encontre de l'Etat les manquements allégués par les requérants, du fait des mesures déjà prises», notamment en matière d'accès à l'asile, d'hébergement des personnes vulnérables et d'accès à la santé.

Faire bouger l'Etat

«Les marchés correspondants souhaités par le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve vont même au-delà des injonctions aujourd'hui formulées par le juge», en matière de nettoyage, de collecte des déchets et d'installation de latrines par exemple, dont la mise en oeuvre «interviendra avant le terme des huit jours fixés par le juge», a affirmé la Préfète. L'Etat se réserve toutefois le droit de faire appel «sur la question de principe», souligne le communiqué.

A Médecins du Monde, Jean-François Corty, directeur des missions France, s'est félicité d'une «forme de victoire» car «le juge a contraint les autorités à prendre des mesures d'urgence», ce qui est selon lui «assez exceptionnel». Médecins du Monde se réserve toutefois «la possibilité de faire appel» dans un délai de 15 jours.

«On a fait bouger l'Etat et on a forcé la justice à fixer un cap», a pour sa part affirmé Bernard Thibaud, secrétaire général du Secours catholique. Mais «on est encore loin de la mise à l'abri de l'ensemble des personnes» réclamée par les ONG, a-t-il ajouté, en affirmant son intention de «rencontrer le ministère de l'Intérieur dès que possible pour connaître les modalités des engagements qu'ils ont pris devant le juge» en matière de santé notamment, et pour veiller au respect de ces promesses. (afp/nxp)

Créé: 02.11.2015, 20h58

Galerie photo

Crise migratoire: le drame des réfugiés en Méditerranée (oct.2015-avr.2016)

Crise migratoire: le drame des réfugiés en Méditerranée (oct.2015-avr.2016) Les migrants et les réfugiés traversent la Méditerranée pour atteindre l'Italie ou la Grèce.

Articles en relation

Eurotunnel quasi stoppé durant la nuit à cause de migrants

France Le trafic des trains de marchandises sous le tunnel sous la Manche, près de Calais, a été quasiment inexistant dans la nuit de mercredi à jeudi. Plus...

L'ONU demande un plan d'urgence pour Calais

France Le Haut Commissariat aux Réfugiés des Nations Unies a appelé la France à présenter un plan d'urgence «global» pour traiter la crise des migrants à Calais. Plus...

«Il ne faut pas laisser d'autres Calais se développer»

Migration Le HCR appelle à une action d'urgence de la France et de la Grèce devant l'afflux de réfugiés. Plus...

En une nuit, 1700 migrants ont tenté de passer l'eurotunnel

Calais La police française rapporte quelque 1700 tentatives d'intrusion sur le site du tunnel sous la Manche. Un CRS a par ailleurs été blessé à la tête. Plus...

Les migrants de Calais comparés à Hitler l'envahisseur

France/Royaume-Uni Dans une diatribe publiée par le «Daily Mail», l'historien Dominic Sandbrook fustige la porosité actuelle des frontières et regrette le temps où le Royaume-Uni était une île. Plus...

Paid Post

CallDoc, assuré malin et flexible
Bénéficiez de consultations médicales 24h/24, 7j/7 et faites des économies! Profitez du rabais de prime sur l’assurance-maladie de base. Demandez une offre maintenant.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.