La justice perquisitionne des locaux de Daimler

DieselgateDes employés du constructeur allemand sont soupçonnés de tromperie sur les émissions polluantes.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le parquet de Stuttgart a procédé mardi à plusieurs perquisitions dans les locaux du constructeur automobile allemand Daimler. Ces perquisitions interviennent dans le cadre d'une enquête ouverte en mars contre des employés du groupe, soupçonnés de tromperie sur les émissions polluantes de voitures. Dans un communiqué, le groupe affirme «coopérer pleinement avec les autorités». Il ne veut cependant pas s'exprimer davantage sur une procédure en cours.

Le parquet de Stuttgart a mandaté ce mardi 23 enquêteurs et environ 230 agents des services de la police criminelle du Land de Bade-Wurtemberg pour opérer des perquisitions dans onze bâtiments appartenant au constructeur et situés dans le Bade-Wurtemberg, à Berlin, en Basse-Saxe et en Saxe, a précisé de son côté le parquet dans un communiqué.

La justice rappelle avoir lancé en mars son enquête visant des «employés connus et inconnus de Daimler AG sur des soupçons de fraude et de publicité criminelle en relation avec une éventuelle manipulation de post-traitement des gaz d'échappement pour les voitures diesel».

Le parquet n'a pas souhaité non plus s'exprimer sur le déroulement actuel de l'enquête, en particulier le nombre et la qualité des personnes employées chez Daimler et dans le collimateur de la justice.

Vaste tricherie

Le scandale du diesel a éclaté à l'automne 2015 en premier lieu au sein du groupe Volkswagen, quand a été mise à jour une vaste tricherie du groupe automobile aux douze marques. Ce dernier a truqué onze millions de voitures avec un logiciel permettant de les faire paraître lors des contrôles moins polluantes qu'en réalité.

Cette révélation a entraîné des enquêtes dans plusieurs pays sur les émissions réelles des voitures des différents constructeurs. Daimler avait souligné au moment de l'ouverture de l'enquête le concernant que les mesures réalisées par les autorités allemandes sur ses véhicules n'avaient montré aucune infraction.

En Bourse, le titre Daimler est rapidement passé dans le rouge avant de se ressaisir, gagnant vers 13h45 (heure suisse) à nouveau 0,18% à 67,86 euros (environ 74 francs). (afp/nxp)

Créé: 23.05.2017, 14h45

Poursuites contre Fiat

Les autorités américaines ont annoncé mardi lancer des poursuites judiciaires contre Fiat Chrysler, accusé d'avoir installé sans autorisation des logiciels destinés à fausser le niveau réel des émissions polluantes de véhicules diesel lors des contrôles, comme l'a fait avant lui Volkswagen.

Ces logiciels permettaient à ces véhicules de 3 litres de cylindrée de répondre aux normes de pollution lors des tests d'émissions mais de les dépasser une fois sur les routes, accuse l'agence fédérale de protection de l'environnement (EPA), qui réclame des pénalités civiles. Il n'est pas exclu que les deux parties parviennent à un accord car les négociations se poursuivent avec le constructeur automobile, indique toutefois l'EPA.

Articles en relation

Des salariés de Daimler soupçonnés de tromperie

Allemagne Une enquête a été ouverte contre des employés du constructeur automobile. Les salariés concernés auraient trafiqué les émissions polluantes de voitures. Plus...

Emissions polluantes: enquête interne chez Daimler

Etats-Unis Face à un recours collectif concernant la certification de ses émissions polluantes, le constructeur assure coopérer. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.