La justice aux trousses des Balkany, les «grands» amis de Sarkozy

FranceLes magistrats mettent la pression sur ce couple de politiciens impliqués dans une affaire de corruption et d’évasion fiscale.

Patrick et Isabelle Balkany

Patrick et Isabelle Balkany Image: AP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Je n’aurais pas dû faire de politique.» C’est ainsi qu’Isabelle Balkany a conclu son interview, parue dimanche, au Journal du Dimanche. Regret un peu tardif, car depuis trente-deux ans, elle tient la mairie de Levallois-Perret, dans la riche banlieue parisienne, avec son mari, le député Patrick Balkany. Isabelle est la première adjointe du maire, qui n’est autre que son époux. Elle fut également la vice-présidente du département des Hauts-de-Seine, chasse gardée de feu Charles Pasqua, puis de Nicolas Sarkozy. D’ailleurs, le couple Balkany fait partie du cercle intime de l’ancien président. Ce dernier avait demandé à Isabelle Balkany d’aider son fils Jean à faire ses premiers pas en politique, au Conseil général des Hauts-de-Seine.

Cela dit, le député-maire et sa première adjointe ont passé un très mauvais été. La justice a récemment saisi deux de leurs luxueuses demeures: le Moulin de Cossy à Giverny, lieu de prédilection du peintre Claude Monet, et leur riad de Marrakech. Les autorités judiciaires ont également vendu, après l’avoir saisie, la villa «Pamplemousse», paradisiaque résidence du couple Balkany sur l’île de Saint-Martin. Les propriétés en question valent plusieurs millions d’euros; celle de Saint-Martin a été estimée à trois millions.

Ces saisies et cette vente ont été exécutées dans le contexte des poursuites pénales engagées contre les époux Balkany. L’instruction de ce dossier est menée par deux juges d’instruction de Paris, Patricia Simon et le célèbre Renaud van Ruymbeke. Ces magistrats ont mis en examen Patrick Balkany pour «corruption passive», «blanchiment de corruption» et «blanchiment de fraude fiscale» et sa femme, pour «blanchiment de fraude fiscale». L’immunité parlementaire du député-maire de Levallois-Perret avait été préalablement levée. En outre, les juges ont ordonné à Patrick Balkany de leur remettre son passeport, car il lui est interdit de quitter le territoire de l’Hexagone.

Durant cet été calamiteux, le couple a été également la cible des médias. Contre-attaque du député Balkany: il a déposé à la fin de juillet trois propositions de loi visant, notamment, à supprimer les aides publiques à la presse et à privatiser l’audiovisuel public.

Dans cette affaire, un autre élément inquiète Nicolas Sarkozy, outre sa grande proximité amicale avec les Balkany. Me Arnaud Claude, son associé dans le cabinet d’avocats Claude Sarkozy, a été mis en examen dans le dossier Balkany pour «blanchiment de fraude fiscale». Les magistrats se demandent si l’avocat a tenu un rôle dans un montage financier très complexe – passant, notamment, par Genève, Zurich, Singapour, la Namibie – qui aurait permis la circulation de fonds provenant de la fraude fiscale et de la corruption. Les époux Balkany et Me–Claude contestent le bien-fondé des soupçons que les juges nourrissent à leur égard et protestent de leur innocence. Les magistrats, eux, instruisent sans désemparer. Même l’été.

Créé: 16.08.2015, 17h37

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.