Passer au contenu principal

Crise en UkraineKiev débute le retrait de ses troupes à l'Est

L'armée ukrainienne a annoncé avoir initié le processus de désengagement sur la ligne de front dans la région de Lougansk.

Kiev et les séparatistes prorusses de l'est de l'Ukraine ont procédé jeudi à un nouvel échange d'une trentaine de prisonniers. (Vendredi 17 avril 2020)
Kiev et les séparatistes prorusses de l'est de l'Ukraine ont procédé jeudi à un nouvel échange d'une trentaine de prisonniers. (Vendredi 17 avril 2020)
AFP
Depuis l'élection de Volodymyr Zelensky (à gauche) à la tête de l'Ukraine, les tensions avec la Russie de Vladimir Poutine (à droite) s'apaisent quelque peu. (Photo d'archives)
Depuis l'élection de Volodymyr Zelensky (à gauche) à la tête de l'Ukraine, les tensions avec la Russie de Vladimir Poutine (à droite) s'apaisent quelque peu. (Photo d'archives)
AFP
Le Fonds monétaire international et l'Ukraine sont parvenus à un accord préliminaire. L'arrangement pourrait permettre à ce pays en proie à un conflit dans sa partie orientale et à d'énormes difficultés économiques de recevoir une nouvelle aide au premier semestre. (Dimanche 5 mars 2017)
Le Fonds monétaire international et l'Ukraine sont parvenus à un accord préliminaire. L'arrangement pourrait permettre à ce pays en proie à un conflit dans sa partie orientale et à d'énormes difficultés économiques de recevoir une nouvelle aide au premier semestre. (Dimanche 5 mars 2017)
Keystone
1 / 47

L'Ukraine a annoncé mardi le début du retrait de ses troupes et de celles des séparatistes prorusses dans un secteur clé de la ligne de front dans la région orientale ukrainienne de Lougansk. Les belligérants entendent ainsi appliquer un accord de 2016.

Vives protestations

«Le processus du désengagement a commencé des deux côtés (...) près de la localité de Zoloté-4», a déclaré l'armée ukrainienne dans un communiqué. Attendue depuis des semaines, mais maintes fois repoussée en raison des échanges de tirs dans cette zone, cette opération prévoit que les armées des belligérants reculent simultanément de leurs positions en vertu d'un accord signé en 2016, mais qui n'avait alors pas été appliqué.

Cette idée a provoqué ces dernières semaines de vives protestations à Kiev notamment de la part de ceux qui ont participé à la guerre contre les séparatistes. Une organisation nationaliste a même déployé ses militants à Zoloté pour empêcher un éventuel recul des troupes ukrainiennes dans cet endroit.

Près de 13'000 morts

L'Ukraine est en proie depuis plus de cinq ans à un conflit militaire avec les séparatistes prorusses, soutenus par Moscou, qui a fait près de 13'000 morts. Malgré une baisse considérable de l'intensité des violences depuis des accords de paix en 2015, le processus de règlement politique est au point mort.

Le recul des troupes à Zoloté et dans deux autres secteurs de la ligne de front est une condition préalable posée par la Russie pour le déroulement à Paris d'un sommet dit de format de Normandie avec participation des présidents russe, ukrainien, français et de la chancelière allemande pour relancer le processus de paix dans l'est de l'Ukraine.

AFP

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.