De la kippa à gogo pour contrer l'antisémitisme

AllemagneUne autorité allemande demandait d'éviter le port de la calotte juive. Le quotidien le plus lu du pays la propose à tous, en signe de protestation.

Le commissaire du gouvernement allemand chargé de l'antisémitisme avait mis en garde samedi contre le port de la kippa.

Le commissaire du gouvernement allemand chargé de l'antisémitisme avait mis en garde samedi contre le port de la kippa. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Bild, le quotidien le plus lu d'Allemagne, propose dans son édition de lundi une kippa à découper pour combattre l'antisémitisme, dans un pays en proie à une montée des attaques anti-juives.

Le commissaire du gouvernement allemand chargé de l'antisémitisme, Felix Klein, avait mis en garde samedi contre le port de la kippa en Allemagne.

Plusieurs voix se sont cependant élevées, en Allemagne ou en Israël, pour contester cet appel et estimer que les juifs devaient assumer leur appartenance religieuse. Le conseil central des Juifs d'Allemagne a déjà plus d'une fois mis en garde contre le port de cette calotte.

Bild prend parti dans ce débat en appelant ses lecteurs à être «solidaires avec (leurs) voisins juifs», à «construire (leur) propre kippa en quatre étapes simples et à hisser le drapeau contre l'antisémitisme».

Les lecteurs peuvent découper la kippa, sur laquelle figure une étoile de David, en Une du quotidien.

L'an dernier, deux autres quotidiens, la TAZ et le Tagesspiegel, avaient déjà proposé à leur lecteurs de découper un patron de kippa qu'ils avaient publié en Une.

Cette initiative avait pour but de dénoncer une attaque antisémite survenue quelques jours avant et qui avait particulièrement choqué à Berlin, quand un Israélien portant la kippa avait été frappé à coups de ceinture par un Syrien dans le quartier huppé de Prenzlauer Berg. La victime avait pu filmer une partie de la scène et l'avait postée sur internet.

«Voisins juifs»

Les pouvoirs politiques allemands se sont ouvertement inquiétés d'un antisémitisme importé par des migrants venus de pays hostiles à Israël, comme les Syriens, Irakiens ou Afghans arrivés en masse dans le pays en 2015 et 2016.

Les dernières statistiques du ministère de l'Intérieur ont toutefois montré que les auteurs de délits à caractère antisémite étaient à une écrasante majorité (90%) issus des milieux de l'extrême droite.

Malgré des décennies de repentance pour l'Holocauste, l'Allemagne ne fait pas exception en Europe où, à l'instar de la France, les attaques contre les juifs se sont répandues.

Les actes criminels à caractère antisémite ont augmenté de quelque 20% en Allemagne l'an passé, selon le ministère de l'Intérieur. (afp/nxp)

Créé: 27.05.2019, 12h08

Articles en relation

L'antisémitisme se déplace sur le net

Etude L'antisémitisme, s'il reste stable outre-Sarine, est de plus en plus présent sur la Toile, avec 535 incidents en 2018. Plus...

Antisémitisme: 6 policiers munichois suspendus

Allemagne Des dizaines d'officiers auraient partagé du contenu antisémite sur un «tchat» de groupe. Le ministère public enquête. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.