Passer au contenu principal

Le Kremlin «justifie» la fermeté de sa répression

Dans un mouvement de protestation d'une ampleur inédite, Moscou est secoué depuis la mi-juillet par des manifestations pour réclamer des élections libres.

Le Kremlin a jugé mardi «justifiée» la fermeté des forces de l'ordre lors des manifestations qui secouent Moscou depuis un mois pour réclamer des élections libres, marquées par de nombreuses arrestations, réfutant toute «crise politique» en Russie.

«Nous ne sommes pas d'accord avec ceux qui qualifient ce qui se passe de crise politique », a déclaré à la presse le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, réagissant pour la première fois à ce mouvement de protestation d'une ampleur inédite depuis le retour de Vladimir Poutine à la présidence en 2012. «Nous jugeons tout à fait justifiée la fermeté des forces de l'ordre visant à mettre un terme aux troubles publics», a-t-il indiqué.

Depuis mi-juillet, des milliers de personnes se réunissent chaque week-end à l'appel de l'opposition dans le centre de Moscou pour protester contre le rejet des candidatures d'opposants aux élections locales de septembre.

Des centaines de contestataires, parmi lesquels l'opposant numéro un au Kremlin Alexeï Navalny, ont été arrêtés, parfois de manière musclée, lors de ces protestations, dont certaines n'ont pas été autorisées.

Le dernier et le plus important rassemblement organisé pour réclamer des élections libres a réuni dimanche à Moscou jusqu'à 60'000 personnes.

(ats)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.