Passer au contenu principal

Les lanceurs d’alerte, ces «héros» persécutés

Au procès des LuxLeaks, Antoine Deltour risque dix ans de prison pour les secrets divulgués.

Prison, exil, confinement, précarité, jugements: le sort réservé aux lanceurs d’alerte qui ont révélé les principaux scandales de ces dernières années est loin d’être enviable. Alors que de nombreuses voix s’élèvent pour réclamer une meilleure protection de ces employés qui dévoilent des pratiques illicites mises en place par des gouvernements ou des entreprises, force est de constater qu’ils sont souvent démunis face à la puissance des organisations qu’ils ont dénoncées. Tour d’horizon.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.