Passer au contenu principal

Las, les Guatémaltèques verraient bien un comique à la tête du pays

Jimmy Morales coiffe ses rivaux au premier tour de l’élection présidentielle. Un vote d’exaspération face aux affaires de corruption.

Photo d'illustration de Jimmy Morales.
Photo d'illustration de Jimmy Morales.
Marvin Recinos

Sacrée semaine pour les Guatémaltèques! Après l’arrestation jeudi du désormais ex-président Otto Pérez Molina, soupçonné d’avoir touché 3,6 millions de francs de pots-de-vin dans un système de fraude à la taxation sur les importations, ils ont manifesté, dimanche, leur dépit dans les urnes.

Sans expérience politique, l’acteur comique Jimmy Morales, 46 ans, est en effet arrivé en tête du premier tour de l’élection présidentielle, avec près de 24% des suffrages, selon 97% des bulletins dépouillés lundi soir. Le candidat atypique de droite devançait l’ex-première dame Sandra Torres, 59 ans, soutenue par l’Union nationale de l’espoir (UNE, social-démocrate) et l’homme d’affaires millionnaire Manuel Baldizón, 45 ans, porté par le parti Liberté démocratique (Lider, droite). Tous deux étaient au coude à coude à un peu plus de 19% des voix.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.