Des lettres piégées explosent à Amsterdam

Pays-BasDeux lettres piégées ont explosé mercredi sans faire de victimes dans les locaux de deux entreprises, aux Pays-Bas.

L'expéditeur des lettres exigeait des bitcoins.

L'expéditeur des lettres exigeait des bitcoins. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les courriers ont explosé dans un bâtiment de la banque ABN AMRO à Amsterdam et dans les locaux de l'entreprise japonaise de services informatiques Ricoh à Kerkade. L'expéditeur exigeait un montant en bitcoins, la célèbre monnaie virtuelle, et menaçait d'envoyer d'autres lettres piégées si le paiement n'était pas effectué, a rapporté l'agence de presse néerlandaise ANP.

«Un employé [d'ABN AMRO, ndlr] a voulu ouvrir la lettre et a entendu un sifflement. L'employé a jeté la lettre, après quoi une légère détonation s'est produite», a indiqué la police dans un communiqué.

Pas de blessés

«Heureusement, il n'y a pas eu de blessés, mais les personnes impliquées sont bien sûr très choquées», a déclaré Ricoh dans un communiqué.

La police néerlandaise avait déjà ouvert une enquête sur une série de lettres contenant des explosifs, envoyées en décembre et en janvier à des entreprises dans trois villes des Pays-Bas. L'enquête doit déterminer s'il existe un lien entre cette série de lettres et celles qui ont explosé mercredi.

(ats/nxp)

Créé: 12.02.2020, 17h19

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.