Contestation: banques et écoles sont fermées

LibanLe Liban vit depuis le 17 octobre au rythme d'un mouvement de contestation. Ce mardi, les manifestants poursuivaient leur rassemblement.

Le Liban dans la tourmente.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Banques et écoles sont fermées mardi au Liban, où des manifestants tentent d'empêcher les fonctionnaires d'accéder à leur lieu de travail, dans un nouvel effort de mobilisation de la contestation contre le pouvoir.

Le Liban vit depuis le 17 octobre au rythme d'un mouvement de contestation inédit réclamant le départ de l'ensemble de la classe politique, jugée corrompue et incapable de mettre fin au marasme économique. Le Premier ministre Saad Hariri a démissionné le 29 octobre, mais les tractations traînent depuis pour la formation d'un nouveau gouvernement.

Ecoles et universités fermées

Mardi, des dizaines de manifestants rassemblés près du Palais de Justice de Beyrouth ont réclamé un pouvoir judiciaire indépendant et tenté d'empêcher juges et avocats d'accéder au bâtiment, selon un correspondant de l'AFP.

A Aley (centre), Tyr (sud) et Baalbek (est), des manifestants ont tenu des sit-in à l'intérieur et à l'extérieur des bureaux des opérateurs publics de télécommunications, ont rapporté des médias locaux.

De nombreuses écoles et universités sont fermées, au même titre que les banques, dont les employés ont appelé à une grève générale après des échanges tendus avec des clients la semaine dernière. Les banques ont renforcé les restrictions sur les retraits et les conversions vers le dollar, exacerbant les craintes d'une dévaluation et le mécontentement des clients.

Maintien de la pression

Lundi, la Banque centrale a affirmé que la livre libanaise resterait indexée au dollar et demandé aux banques de lever leurs restrictions sur les retraits d'argent. Les étudiants, en première ligne de la contestation, doivent manifester plus tard mardi, avant un discours du président Michel Aoun attendu dans la soirée.

Le mouvement de contestation, qui a transcendé les régions et les communautés dans un pays multiconfessionnel, entend maintenir la pression pour obtenir un nouveau gouvernement, composé de technocrates, indépendants des partis politiques. (afp/nxp)

Créé: 12.11.2019, 12h11

Galerie photo

Manifestations au Liban

Manifestations au Liban Le Liban est secoué depuis le 17 octobre par un soulèvement inédit ayant mobilisé des centaines de milliers de manifestants, qui crient leur ras-le-bol face à une classe politique jugée corrompue et incompétente et une économie au bord du gouffre.

Articles en relation

La mobilisation contre le pouvoir continue

Liban Le Liban vit un mouvement de contestation inédit réclamant le départ de l'ensemble de la classe politique, qui est rentré dans sa 26e journée consécutive. Plus...

Le Liban prié de former un gouvernement

Banque mondiale Une délégation de la Banque mondiale s'est réunie mercredi avec le président libanais Michel Aoun et a réclamé la composition rapide d'un gouvernement. Plus...

Beyrouth: la rue accroît la pression sur les dirigeants

Liban Plusieurs routes de la capitale libanaise sont bloquées par des manifestants qui réclament la formation d'un nouveau gouvernement. Plus...

Liban: la contestation se mobilise en masse

Moyen-Orient Des milliers de manifestants réclamant la «chute du régime» ont occupé les rues de plusieurs grandes villes au Liban dimanche. Plus...

Des manifestants de tout le pays rallient Tripoli

Liban La contestation au Liban s'est poursuivie samedi soir dans les rues de la ville située au nord du pays, après un relatif retour au calme à Beyrouth. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 12 décembre 2019
(Image: Bénédicte) Plus...