Dans un livre, Sarkozy règle ses comptes

FranceJeudi, paraît le livre rédigé par l'ancien président français Nicolas Sarkozy, entre ascension et mise au point.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L'ex-président français Nicolas Sarkozy livre, dans «Passions», qui paraît ce jeudi, ses souvenirs politiques et personnels jusqu'à son accession à l'Elysée en 2007, et règle quelques comptes au passage.

Le 6 mai 2007, «lorsque j'ai vu mon visage se dessiner avec les 53% inscrits sur l'écran, ce fut une explosion. Tout le monde criait, sautait, riait, certains pleuraient de joie. Nous y étions. C'était enfin fini. J'avais réussi ce qui était mon objectif intime depuis tant d'années. (...) Je devenais enfin légitime», écrit Nicolas Sarkozy.

Ascension

Président entre 2007 et 2012, Nicolas Sarkozy évoque longuement son parcours politique, qui a débuté par une réunion de l'ancien parti Rassemblement pour la République (RPR) à Nice (sud-est de la France) en 1975, suivie d'une rencontre à Matignon avec le Premier ministre d'alors, Jacques Chirac, omniprésent au fil des 360 pages de ce premier tome.

Il narre, sur un ton direct, son ascension vers la magistrature suprême, notamment son passage au ministère français de l'Intérieur (2002-2004, 2005-2007), «un peu plus de trois années qui furent les plus heureuses de (sa) vie sur le plan professionnel».

«J'aime gagner. Je me suis toujours battu pour la victoire, mais force est de reconnaître que j'ai beaucoup plus appris de mes échecs que de mes succès», explique l'ex-président, battu par le socialiste François Hollande en 2012 et auteur d'un retour manqué lors de la primaire de la droite en 2016.

«Souvent, on m'a demandé si, aujourd'hui, la politique me manquait. Invariablement, je réponds non, et je vois bien que peu nombreux sont ceux qui me croient. Pourtant, c'est la vérité, si l'on veut bien se donner la peine de comprendre que ce n'est pas la politique que j'aime, c'est la vie!», assure Nicolas Sarkozy, alors que son parti, Les Républicains, est en pleine crise après sa déroute (8,48%) aux élections européennes de mai.

«Organisme mondial de la démographie»

Nicolas Sarkozy évoque longuement sa vie privée, sa deuxième épouse Cécilia qui lui annonça «sa volonté de divorcer» le jour du débat télévisé de l'entre-deux tours présidentiel de 2007, ou encore sa rencontre avec Carla Bruni, «la plus importante de (sa) vie».

L'ancien président évoque son ancien mentor Édouard Balladur, un «professeur exigeant», et Jacques Chirac pour qui «l'indépendance» était «une faute» qu'il ne «pardonnait pas».

Il prend soin de ne pas porter d'appréciation sur l'action d'Emmanuel Macron, si ce n'est pour dire, pour l'actuel président comme pour Valéry Giscard d'Estaing et pour lui-même, que «si la jeunesse est un grand atout pour conquérir le pouvoir, elle est une faiblesse au moment de l'exercer». Et accorde un satisfecit au Premier ministre français Édouard Philippe, ancien soutien de son rival Alain Juppé.

Il tacle Royal et Hollande

Nicolas Sarkozy est en revanche sans ménagement envers la socialiste Ségolène Royal, qu'il a battue au second tour en 2007, comme envers son successeur François Hollande qu'il accuse sans développer de «manipulations policières, et judiciaires» à son endroit. L'ancien président règle surtout ses comptes avec François Fillon, qui fut son Premier ministre de 2007 à 2012.

«François Fillon a demandé que l'on accélère les procédures judiciaires à l'encontre de celui qui l'a nommé cinq ans durant à Matignon ! Il n'y a rien à dire de plus. En soi, c'est accablant», selon Nicolas Sarkozy, qui sera bientôt jugé pour corruption. L'ancien Premier ministre, lui-même rattrapé par les affaires pendant sa campagne présidentielle en 2017, «a été puni par là où il avait pêché», juge l'ancien président.

Au plan politique, Nicolas Sarkozy parle de «l'état de décadence avancée de l'Europe en particulier, et de l'Occident en général», qu'il discerne dans «la coupable faiblesse» d'«une partie des élites françaises, jamais prêtes à mener la guerre», notamment face à l'islamisme radical, estime-t-il.

Il plaide pour la création d'un «organisme mondial de la démographie» pour «définir ce que devrait être une planification de la démographie de la planète», à ses yeux l'un des défis majeurs du 21ème siècle. (afp/nxp)

Créé: 27.06.2019, 16h38

Articles en relation

L'ex-président Sarkozy visé par une enquête

France La justice s'intéresse de nouveau à l'ancien président français Nicolas Sarkozy, cette fois-ci pour usage de grosses coupures. Plus...

Affaire Bygmalion: vers un procès de Sarkozy

France L'ex-président français a perdu un de ses derniers recours, ce qui le rapproche d'un procès pour avoir dépassé le seuil autorisé de dépenses électorales en 2012. Plus...

Les recours de Sarkozy rejetés par la justice

Affaire des «écoutes» L'ex-président français, Nicolas Sarkozy, sera bien jugé pour l'affaire de «corruption» et de «trafic d'influence». Ses recours ont été rejetés. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.