La loi de Brexit promulguée par la reine

Royaume-UniLa reine Elizabeth II a donné son assentiment royal au projet de loi de Brexit, a annoncé jeudi le gouvernement britannique. Si le traité est ratifié à Bruxelles, le pays pourra quitter l'Union européenne le 31 janvier.

L'assentiment de la reine du Royaume-Uni Elizabeth II permet au traité de retrait de Brexit d'être dorénavant inscrit dans la loi.

L'assentiment de la reine du Royaume-Uni Elizabeth II permet au traité de retrait de Brexit d'être dorénavant inscrit dans la loi. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le projet de loi transposant l'accord de Brexit a été promulgué par la reine Elizabeth II, ce qui lui donne force de loi, a annoncé le gouvernement britannique jeudi, à huit jours du départ de l'Union européenne.

«Sa Majesté la reine a donné son assentiment royal» au texte réglant les modalités de la rupture après 47 ans d'un mariage tumultueux avec l'UE, a annoncé sur Twitter le ministre chargé du Brexit, Steve Barclay. «Inscrit dans la loi, cela permet au Royaume-Uni de quitter l'UE le 31 janvier», a ajouté le ministre.

Le traité de retrait doit encore être ratifié par le Parlement européen, le 29 janvier, pour que le Royaume-Uni puisse devenir le premier pays membre à quitter l'UE, le 31 janvier à 23h (minuit en Suisse), et tourner la page de trois ans d'atermoiements et de débats acrimonieux.

Le texte avait été adopté définitivement mercredi soir par le Parlement, ce dont s'était réjoui le premier ministre. «Parfois, nous avions l'impression que nous ne franchirions jamais la ligne d'arrivée du Brexit, mais nous l'avons fait», avait déclaré Boris Johnson dans un communiqué.

«Nous pouvons maintenant oublier les rancoeurs et les divisions de ces trois dernières années et nous concentrer sur la mise en oeuvre d'un avenir radieux et palpitant», avait-il ajouté.

Accord de divorce de 535 pages

Le bouillonnant Boris Johnson a réussi là où la précédente locataire de Downing Street, Theresa May, s'est cassé les dents. La promulgation du texte, qui traduit dans la loi britannique l'accord de divorce de 535 pages conclu en octobre, marque une grande victoire pour le dirigeant conservateur, arrivé au pouvoir en juillet 2019 en se posant comme le sauveur du Brexit.

L'accord de Brexit règle les modalités du divorce en garantissant notamment les droits des citoyens et en résolvant le casse-tête de la frontière irlandaise. Surtout, il vise à garantir une rupture en douceur en prévoyant une période de transition courant jusqu'à la fin 2020, durant laquelle le Royaume-Uni et l'UE négocieront leur relation future, notamment en matière commerciale.

Calendrier serré

Mais si le Royaume-Uni s'apprête à entamer un nouveau chapitre de son histoire, il devra encore affronter des défis de taille, surtout les négociations qui s'annoncent d'ores et déjà complexes avec l'UE, son principal partenaire commercial. Londres souhaite aboutir en un temps record, avant la fin de l'année, et exclut toute prolongation de la période transitoire, durant laquelle les Britanniques continueront d'appliquer les règles européennes sans prendre part aux décisions.

Un calendrier jugé très serré à Bruxelles. Boris Johnson devrait détailler sa vision du futur accord commercial dans un discours début février, selon une source gouvernementale. Il avait déjà indiqué auparavant vouloir un accord de libre-échange de type canadien sans alignement.

Il est dans «l'intérêt» des deux parties «d'avoir un accord de libre-échange fantastique, sans droits douaniers, sans quotas», a-t-il dit en répondant mercredi à des questions du public sur Facebook. Dans le même temps, Londres compte bien négocier ses propres traités de libre-échange avec des pays tiers et fait particulièrement les yeux doux aux Etats-Unis, lesquels espèrent en conclure un «cette année», a dit jeudi à Davos le secrétaire américain au Trésor Steven Mnuchin. (afp/nxp)

Créé: 23.01.2020, 16h34

Le Brexit franchit une première étape à Bruxelles

La commission des Affaires constitutionnelles du Parlement européen s'est prononcée jeudi dans une ambiance morose en faveur de la ratification du traité de retrait du Brexit, une première étape avant le vote en session plénière la semaine prochaine.

Les élus de la Commission ont voté à une très large majorité de 23 voix contre 3 leur recommandation pour le vote prévu le 29 janvier, lorsque le texte, qui règle les modalités du divorce, sera soumis à l'ensemble des eurodéputés.

Articles en relation

Avant-dernière étape avant le Brexit

Londres L'accord qui règle les modalités du divorce entre le Royaume-Uni et l'UE a été définitivement validé par le parlement. La reine doit désormais promulguer le texte pour qu'il ait force de loi. Plus...

Big Ben ne sonnera pas pour fêter le Brexit

Brexit Les europhobes britanniques avaient lancé une cagnotte afin de faire sonner Big Ben le 31 janvier en l'honneur du Brexit. Plus...

Qu'y a-t-il dans le traité de divorce du Brexit?

Royaume-Uni Le texte du Brexit prévoit notamment une période de transition jusqu'au 31 décembre 2020, mais pas que... Plus...

Feu vert des députés britanniques au Brexit

Royaume-Uni Le Parlement a donné son accord final jeudi au texte permettant la sortie du Royaume-Uni de l'UE le 31 janvier. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.