Londres devra publier un «livre blanc» du Brexit

Royaume-uniLa commission parlementaire britannique réclame un «livre blanc» détaillant le plan de sortie de l'Union européenne.

Theresa May pourrait donner plus de précisions mardi lors d'un discours très attendu sur le Brexit. (Image d'archives)

Theresa May pourrait donner plus de précisions mardi lors d'un discours très attendu sur le Brexit. (Image d'archives) Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

La Commission parlementaire sur le Brexit souhaite que le gouvernement britannique publie d'ici à la mi-février un «livre blanc», indique-t-elle dans un rapport publié samedi. Le document devra détailler son plan de sortie de l'Union européenne (UE).

La commission souligne que le parlement doit être informé «suffisamment de temps avant» le lancement officiel de la procédure de divorce. «Nous espérons donc voir ce plan d'ici à la mi-février 2017 au plus tard», écrit la commission dans un rapport d'étape sur le Brexit.

Un porte-parole du gouvernement a salué ce rapport tout en répétant «compter présenter nos plans, sous réserve de ne pas porter atteinte à la position du Royaume-Uni dans la négociation, d'ici la fin mars». C'est la date butoir que s'est fixée la première ministre conservatrice Theresa May pour activer l'article 50 du Traité de Lisbonne.

Au regard de l'«importance cruciale» du processus de lancement du Brexit, la commission souhaite que ces plans soient «publiés sous la forme d'un livre blanc». Il devra indiquer, entre autres, la «position» du gouvernement sur le maintien ou non du pays dans le marché unique, une des questions clefs de la sortie du Royaume-Uni de l'UE.

Discours très attendu mardi

Mme May a laissé entendre la semaine dernière qu'elle donnerait la priorité au contrôle de l'immigration européenne sur l'accès au marché commun européen. Ses partenaires européens lui ont pourtant clairement signifié qu'elle ne pourrait pas avoir l'un et l'autre.

Theresa May pourrait donner plus de précisions mardi lors d'un discours très attendu sur le Brexit. Elle s'est refusée jusqu'ici à dévoiler sa stratégie, s'attirant de nombreuses critiques.

Dans son rapport, la commission demande également au gouvernement de chercher à préserver un «accès continu» du secteur financier britannique au marché européen, soit par le maintien des passeports financiers, soit par un dispositif de droits réciproques avec les pays de l'UE. Ces passeports permettent de vendre un produit financier dans l'ensemble de l'union après l'approbation d'un seul des 28 régulateurs nationaux.

La commission appelle le gouvernement à négocier une «période d'ajustement», plutôt qu'une rupture nette avec l'UE, en cas de changements des conditions d'accès des entreprises britanniques au marché européen. «Quel que soit l'accord conclu, le parlement devra se voir donner la possibilité de voter dessus», déclare en outre le président de la commission Hilary Benn, dans un communiqué.

Accord «spécial»?

Par ailleurs, le négociateur en chef de l'UE sur le Brexit, le Français Michel Barnier, a déclaré à des parlementaires européens qu'ils devaient conclure un accord «spécial» avec le secteur financier britannique afin que le crédit continue d'irriguer le continent, a rapporté vendredi le Guardian.

M. Barnier a expliqué aux députés européens qu'il voulait garantir que les banques, les entreprises et les gouvernements des 27 autres membres de l'Union européenne auront toujours accès à la City, le quartier d'affaires de Londres, après la sortie du Royaume-Uni du bloc, selon un compte-rendu non publié de l'échange, que le quotidien britannique a pu consulter.

Un porte-parole de la Commission européenne a assuré au Guardian que le compte-rendu ne reflétait «pas correctement ce que M. Barnier a dit». Ce dernier a jusque-là maintenu une ligne dure sur les négociations du Brexit. (ats/nxp)

Créé: 14.01.2017, 08h01

Articles en relation

Londres rêve de liens privilégiés avec Berne

WEF Davos Brexit oblige, la Grande-Bretagne cherche à concrétiser un rapprochement avec la Suisse à l'occasion du WEF de Davos. A coups d'accords bilatéraux. Plus...

HSBC envisage de reprendre ses billes à Londres

Brexit HSBC pourrait transférer certaines activités vers l'Europe continentale avant que le Brexit ne soit effectif. Plus...

Theresa May veut contrôler l'immigration

Brexit La Première ministre a laissé entendre que sa priorité serait de gérer l'immigration en provenance de l'UE lors des négociations sur le Brexit. Plus...

Le départ d'Ivan Rogers, un coup dur pour Londres

Brexit L'ambassadeur du Royaume-Uni auprès de l'UE justifie sa démission du fait des lacunes de son gouvernement dans la gestion du Brexit. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Paru le 14 novembre 2018
(Image: Bénédicte) Plus...