Passer au contenu principal

BrexitLondres veut la fin de la libre circulation en 2019

Le Royaume-Uni souhaite supprimer la libre circulation des travailleurs avec l'Union européenne dès 2019, affirme The Guardian.

Dans son discours, Boris Johnson a promis de donner plus de pouvoirs aux communautés locales et de renforcer les infrastructures de télécommunications et de transport. (Samedi 27 juillet 2019)
Dans son discours, Boris Johnson a promis de donner plus de pouvoirs aux communautés locales et de renforcer les infrastructures de télécommunications et de transport. (Samedi 27 juillet 2019)
Keystone
Le ministre britannique des Affaires étrangères, Jeremy Hunt, s'est attiré des critiques du monde diplomatique, pour avoir comparé l'Union européenne à l'Union soviétique. (1er octobre 2018)
Le ministre britannique des Affaires étrangères, Jeremy Hunt, s'est attiré des critiques du monde diplomatique, pour avoir comparé l'Union européenne à l'Union soviétique. (1er octobre 2018)
AFP
Le Parlement britannique va se prononcer sur la tenue d'élections législatives anticipées, prévues le 8 juin. (Mercredi 19 avril 2017)
Le Parlement britannique va se prononcer sur la tenue d'élections législatives anticipées, prévues le 8 juin. (Mercredi 19 avril 2017)
AFP
1 / 150

Le Royaume-Uni envisage de supprimer la libre circulation des travailleurs immédiatement après sa sortie de l'Union européenne, en 2019, croit savoir The Guardian. Londres mettra alors en place des mesures pour réduire le nombre d'immigrants de l'UE à faible niveau d'éducation.

Le quotidien britannique a publié mardi un document de travail gouvernemental qui, écrit-il, «signifie en gros que pour être considérée comme avantageuse pour l'ensemble du pays, l'immigration doit non seulement bénéficier aux migrants mais aussi profiter aux résidents».

Le gouvernement envisage l'introduction progressive d'un nouveau système qui supprimera pour la plupart des immigrés européens la possibilité de s'installer au Royaume-Uni et instaurera de nouvelles restrictions sur le regroupement familial. Le document, ajoute le journal, n'a pas encore été validé par la première ministre conservatrice Theresa May et ses principaux ministres.

«Nous présenterons à l'automne nos premières propositions pour un nouveau système d'immigration qui reprend le contrôle des frontières du Royaume-Uni», a déclaré un porte-parole du 10, Downing Street.

ats

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.