Macron laisse la «porte ouverte» au Royaume-Uni

BrexitEmmanuel Macron qui recevait Theresa May ce mardi a déclaré que tant que la négociation du Brexit n'était pas achevée, la porte restait ouverte.

Vidéo: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le président français Emmanuel Macron a estimé mardi que «la porte (était) toujours ouverte» pour que le Royaume-Uni reste dans l'Union européenne «tant que la négociation du Brexit n'est pas achevée», mais qu'«une fois commencée, il est beaucoup plus difficile de revenir en arrière».

De son côté, la Première ministre britannique Theresa May a indiqué, lors d'un point de presse aux côtés du président français, que les négociations du Brexit démarreraient avec l'UE «la semaine prochaine».

Les négociations sur le Brexit doivent débuter le 19 juin, mais l'affaiblissement de Mme May, qui a perdu la majorité absolue à la Chambre des Communes après les élections générales la semaine dernière, a paru ces derniers jours compliquer la donne. Les dirigeants de l'UE ont exprimé leur crainte d'un report du début des discussions.

Le calendrier convenu «n'a pas changé» et les négociations «commenceront la semaine prochaine», a souligné Theresa May lors d'une déclaration conjointe avec le président français, à l'Elysée. «Nous trouverons un accord qui soit à la fois dans l'intérêt du Royaume-Uni mais également des 27 pays qui resteront dans l'Union européenne», a-t-elle ajouté.

Emmanuel Macron a quant à lui souhaité «que la négociation sur la sortie de l'Union, puis sur les relations futures avec le Royaume-Uni démarre le plus rapidement possible». La porte de l'UE «est toujours ouverte» à la Grande-Bretagne tant que la négociation sur le Brexit n'est pas «achevée», a ajouté le chef de l'Etat, tout en précisant qu'il respectait la décision du peuple britannique.

Plan d'action antiterroriste

Le président de la République a par ailleurs annoncé que la France et le Royaume-Uni avaient décidé de lancer un «plan d'action très concret» pour renforcer la lutte antiterroriste, quelques jours après les attentats de Londres et de Manchester.

Le plan d'action dévoilé mardi, contre la diffusion de propagande terroriste en ligne, «vise d'abord à renforcer les engagements et les obligations des opérateurs en ligne afin de supprimer les contenus qui promeuvent dans tous types de médias la haine et le terrorisme», a expliqué M. Macron.

«Il y a aujourd'hui des engagements qui ont été pris, ils ne sont pas suffisants», a-t-il ajouté. Il faut donc «améliorer les moyens d'accès aux contenus cryptés dans des conditions qui préservent la confidentialité des correspondances afin que les messageries ne puissent pas être l'outil des terroristes ou des criminels». Londres et Paris souhaitent également «accentuer la coopération internationale avec les Etats-Unis, notamment pour améliorer l'accès aux preuves numériques dans les enquêtes qui sont menées où que soient localisées ces données». (afp/nxp)

Créé: 13.06.2017, 21h04

Galerie photo

Le Royaume-Uni lance le Brexit

Le Royaume-Uni lance le Brexit La Première ministre britannique Theresa May a déclenché le Brexit à la fin mars 2017 comme promis.

Articles en relation

Réunion secrète sur un possible Brexit doux

Royaume-Uni Des ministres britanniques et le Labour ont discuté d'une option que Theresa May refuse: le Brexit doux. Plus...

Le Brexit pourrait amener Airbus à délocaliser

Royaume-Uni L'avionneur menace de déplacer sa production de nouveaux avions si ses exigences ne sont pas respectées dans les négociations. Plus...

Les Britanniques sont déstabilisés par le scrutin

Brexit Au lendemain du vote qui a fait perdre sa majorité parlementaire à Theresa May, tenante d'un Brexit dur, reportage à Londres où les citoyens sont déconcertés. Plus...

Theresa May «a perdu son pari»

Législatives britanniques En perdant sa majorité absolue, la Première ministre aborde les négociations du Brexit affaiblie face à ses partenaires européens. Réactions. Plus...

L'UE va officiellement ouvrir les négociations

Brexit Michel Barnier aura trois dossiers épineux à régler, en plus du casse-tête de la république d'Irlande et la province britannique de l'Irlande du Nord. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 21 septembre 2019
(Image: Valott?) Plus...