Macron refuse que l'UE soit «otage»

BrexitLe président français refuse que l'Europe soit durablement prise en otage à cause de la crise au Royaume-Uni.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Mise en garde du président français Emmanuel Macron qui refuse que l'UE soit prise en otage à cause du Brexit. Il a souligné que faute de présenter un «plan alternatif crédible d'ici le 10 avril», Londres «aura de facto choisi de lui-même de sortir sans accord».

«Notre priorité, ce doit être le bon fonctionnement de l'Union européenne et du marché unique. L'Union européenne ne peut être durablement l'otage de la résolution d'une crise politique au Royaume-Uni», a insisté le chef de l'Etat aux côtés du premier ministre irlandais Leo Varadkar, qu'il recevait pour examiner les éventuelles conséquences d'un Brexit sans accord.

A une semaine d'un conseil européen exceptionnel, le 10 avril, le président français a aussi promis que la France et l'Europe «n'abandonneront jamais, quoi qu'il arrive, l'Irlande et les Irlandais», soulignant «l'extraordinaire difficulté que poserait à l'Irlande» un Brexit sans accord.

Dans un discours ferme, M. Macron a souligné que «le rejet par trois fois de l'accord par la Chambre des communes ainsi que le rejet à ce stade de tout plan alternatif nous mettent sur le chemin d'une sortie sans accord». En l'absence d'accord, ou de report du Brexit, le scénario par défaut reste une sortie sèche le 12 avril, dont la simple perspective provoque des sueurs froides dans les milieux économiques.

«Lignes rouges»

«Il revient au Royaume-Uni de présenter un plan alternatif crédible, soutenu par une majorité, d'ici le 10 avril pour l'éviter». Faute de quoi «il aura de facto choisi de lui même de sortir sans accord. Nous ne pouvons éviter l'échec à sa place», a-t-il insisté.

«Ce plan doit-il être de nouvelles élections, un référendum, une solution différente comme une Union douanière ? Il ne m'appartient pas de le prescrire mais nous y sommes ouverts. C'est à Londres de le dire et de le dire maintenant », a-t-il ajouté.

Le premier ministre irlandais a pour sa part affirmé qu'il «reste du temps à la première ministre britannique pour présenter des propositions». «Je pense que nous devons rester ouverts à toute proposition qu'elle apportera», a-t-il souhaité, en appelant Londres à modifier ses «lignes rouges». (ats/nxp)

Créé: 02.04.2019, 18h54

Articles en relation

Un Brexit sans accord «plus probable»

Grande-Bretagne Le négociateur de l'Union européenne, Michel Barnier, s'est exprimé mardi sur la sortie du Royaume-Uni de l'UE. Plus...

Les solutions alternatives au plan May rejetées

Brexit Le Parlement britannique a rejeté les quatre solutions alternatives au plan de Brexit négocié par la Première ministre. Plus...

Brexit: les élus cherchent une alternative

Royaume-Uni Les députés britanniques votent lundi sur une série d'alternatives au Brexit proposées par Theresa May. Plus...

Les Anglicans prient pour sortir du chaos du Brexit

Royaume-Uni Les fidèles de la cathédrale de Chelmsford ont pu dimanche participer à la prière "qui suit le Brexit". Ils espèrent qu'une lumière divine guide les autorités. Plus...

Vers un quatrième non au Brexit ?

Royaume-Uni Malgré son échec vendredi, Theresa May envisage de soumettre une quatrième fois l'accord de Brexit aux députés. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.