Macron retourne chez Whirlpool qui devait fermer

FranceLe président français a rencontré à Amiens (nord) les salariés de l'usine Whirlpool, dont le repreneur promet aujourd'hui la création de 277 emplois.

Emmanuel Macron ce 3 octobre 2017 à Amiens.

Emmanuel Macron ce 3 octobre 2017 à Amiens. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le chef de l'Etat, élu en mai, avait promis de revenir dans sa ville natale sur le site du groupe américain d'électroménager où, en tant que candidat, il avait eu droit à un accueil houleux entre les deux tours de la présidentielle. Menacé à l'époque de fermeture, le site a depuis trouvé un repreneur, la société WN, qui devrait y créer 277 emplois.

C'est donc dans une ambiance nettement plus apaisée que M. Macron, vêtu d'un gilet jaune fluo, est venu discuter mardi avec les salariés et les représentants syndicaux.

«Vous savez, pendant des années, on a bien taxé dans notre pays les gens qui réussissaient et puis on a bien rigidifié les choses sur le marché du travail. On a fait quoi ? Des bons plans sociaux avec beaucoup d'intérimaires à côté», a-t-il argumenté.

«Moi, je ne veux pas de ça pour mon pays et en particulier pour ma région», a-t-il dit. Aujourd'hui, «on a un repreneur qui vient s'installer sur le site, on ne peut être que satisfait. M. Macron avait promis qu'il reviendrait, il le fait, il respecte sa promesse», a salué Patrice Sinoquet, représentant du syndicat CFDT.

Le député du parti de gauche radicale La France insoumise François Ruffin s'est également félicité que les pouvoirs publics aient été «attentifs». «Mais il ne faut pas oublier les dégâts qu'a fait subir et que continue à faire subir la mondialisation», a-t-il ajouté.

«Solidarité pour les plus fragiles»

Pour Emmanuel Macron, 39 ans, cette visite s'inscrivait dans un cadre plus large d'une offensive sur le plan social, après avoir été décrié récemment comme «le président des riches».

Alors que les syndicats sont en train de durcir le ton contre la réforme du Code du travail, Emmanuel Macron a également été critiqué pour son projet de réforme de la fiscalité et en particulier de l'impôt sur la fortune, qu'il veut limiter au patrimoine immobilier.

Face à la presse à Amiens, le président s'est vivement défendu de mener une politique pour les riches. «Beaucoup de gens qui dénoncent (les riches, ndlr) en sont parfois quand on regarde les statistiques parce que, dans notre pays, statistiquement, on l'est très vite», a tancé le chef de l'Etat, interpellé par une journaliste de l'AFP.

«Qui sont les gens qui investissent? Des gens qui sont prêts à prendre des risques et qui vont gagner quand, au rendez-vous de ces risques, il y a le succès», a-t-il ajouté, fustigeant «ces formules dans lesquelles les passions tristes françaises aiment s'enfoncer».

Le président a égrené les mesures en faveur des moins favorisés, notamment la baisse des cotisations salariales «qui donnera du pouvoir d'achat à tous les travailleurs» et la suppression en trois ans de la taxe d'habitation, dont profiteront «les classes moyennes».

Mieux dans les sondages

Pour «les plus fragiles, il faut la solidarité», a-t-il poursuivi, citant ses «engagements» sur le minimum vieillesse ou l'allocation adulte handicapé.

Après son retour à Whirlpool, l'ancien ministre de l'Economie du président socialiste François Hollande devait inaugurer mardi un nouveau site d'Amazon dans la région.

L'occasion de saluer les créations d'emplois des géants du numérique qu'il veut par ailleurs taxer davantage, sachant que le même jour Amazon a annoncé l'ouverture à l'automne 2018 d'un sixième centre de distribution en France.

Séquence sociale toujours, Emmanuel Macron est ensuite attendu mercredi à Egletons (centre) dans une Ecole d'application aux métiers des travaux publics pour parler formation et apprentissage.

«Emmanuel Macron est remonté dans les sondages en septembre mais surtout à droite et beaucoup moins dans les catégories populaires. Il a donc intérêt à prendre la parole dans ce domaine et aller au contact des citoyens, ce qui jusqu'ici lui a plutôt bien réussi», relève Jean-Daniel Levy, expert à l'institut Harris Interactive.

(ats/nxp)

Créé: 03.10.2017, 14h25

Articles en relation

Emmanuel Macron encore moins populaire

France La cote de popularité du président français a chuté de quatorze points en deux mois. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.