Macron passe en revue ses grands thèmes du G7

France À quelques jours de l'ouverture du sommet à Biarritz, le président français a exposé les «grand sujets» qui devraient occuper les débats.

«L'hégémonie occidentale est en train d'être profondément remise en cause», a déclaré le président français.

«L'hégémonie occidentale est en train d'être profondément remise en cause», a déclaré le président français. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Guerres, climat, écologie, crise du modèle occidental, etc: le président français Emmanuel Macron a détaillé mercredi devant la presse les grands sujets qu'il compte aborder lors du prochain sommet du G7 ce week-end à Biarritz.

Format du G7

Le président français a insisté sur le caractère «informel» qu'il veut redonner au G7, «un laboratoire de travail et un point d'étape important dans ce que depuis deux ans nous essayons de faire» dans le contexte d'une relance du multilatéralisme.

«On va parler des grands sujets stratégiques de sécurité, de commerce et d'économie mondiale de manière très informelle, se dire les choses (...) et on verra s'il y a matière à faire des communiqués», a-t-il développé.

Russie

«Il est pertinent qu'à terme la Russie puisse rejoindre le G8» dont elle a été exclue en 2014 après l'invasion de la Crimée, a estimé Emmanuel Macron. «Le divorce a été acté au moment de l'invasion de l'Ukraine. La condition préalable indispensable» à une réadmission de Moscou «est qu'une solution soit trouvée en lien avec l'Ukraine sur la base des accords de Minsk», a-t-il ajouté.

«Dire 'la Russie sans conditions doit demain revenir à la table', c'est en quelque sorte acter la faiblesse du G7», a explicité le président français. Le président américain Donald Trump s'est déclaré mardi favorable au retour au G8 avec la Russie, sans évoquer de préalable particulier.

Crise iranienne

«On doit avoir une discussion au sommet sur comment on gère le dossier iranien, on a des vrais désaccords au sein du G7: trois puissances européennes et le Japon qui ont une position assez claire, un rapport avec l'Iran totalement assumé, et les Américains (...) qui ont décidé de changer totalement de ligne» et ont dénoncé l'accord de 2015 sur le nucléaire.

M. Macron a précisé qu'il aurait «avant le G7, une réunion avec les Iraniens pour essayer de proposer des choses», sans plus détails. Il va s'entretenir vendredi à Paris avec le ministre iranien des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif, selon l'agence officielle iranienne Irna.

Relance budgétaire et politique monétaire

«On doit se poser la question pour les pays qui en ont la capacité, de la pertinence d'une relance budgétaire, c'est un sujet qui est posé à l'Europe, à la France (...), à l'Allemagne», a déclaré M. Macron, en référence aux réticences de Berlin à utiliser ses excédents budgétaires, alors même que son économie risque la récession.

Il a également estimé que les politiques de baisse des taux des grandes banques centrales avaient atteint leurs limites, en référence à Donald Trump qui souhaite que la Fed baisse ses taux directeurs.

Climat

M. Macron veut «faire du G7 un engagement des grandes puissances (pour préparer le sommet de septembre aux Nations Unies). Nous aurons à annoncer nos engagements pour la reconstitution du Fond vert pour le climat».

GAFA

Le président français, qui compte défendre au G7 une taxation mondiale des géants du numérique (GAFA), a dénoncé un système «fou» qui laisse des acteurs mondiaux avoir «un statut de paradis fiscal permanent».

«Les acteurs mondiaux du numérique ne contribuent pas fiscalement au financement du bien commun, ce n'est pas soutenable», a-t-il martelé, expliquant en avoir discuté lundi avec Donald Trump, qui s'est farouchement opposé ces dernières semaines à la taxe française sur les grands groupes technologiques.

Brexit

Emmanuel Macron a indiqué qu'il allait demander jeudi à Boris Johnson, lors de leur entretien à Paris, des «clarifications», car les demandes du premier ministre britannique de renégociation du Brexit ne sont «pas une option qui existe», selon le chef de l'État français.

Italie

«L'Italie mérite des dirigeants à la hauteur» de ce «grand peuple», mais «quand on s'allie à l'extrême droite, à la fin c'est toujours l'extrême-droite qui gagne», a-t-il lancé, en commentant la crise politique que traverse le pays avec la fin de la coalition Ligue-Mouvement 5 Etoiles. Le premier ministre italien Giuseppe Conte démissionnaire sera présent au G7 de Biarritz.

Crise de l'hégémonie occidentale

«L'hégémonie occidentale est en train d'être profondément remise en cause». Mais pour le président français, l'Occident se doit d'être «un opérateur de ce nouvel ordre» en train de naître du fait de l'émergence des puissances, faute de quoi, l'Europe courra le risque de «devoir choisir son camp, dans un rôle de vassalité». (ats/nxp)

Créé: 21.08.2019, 22h48

La Russie prête à «examiner» un éventuel retour au G8

La Russie s'est dite mercredi prête à «examiner» un éventuel retour au G8 via sa réintégration au sein du groupe des pays les plus industrialisés, dont elle a été exclue en 2014 en raison de la crise ukrainienne.

Le président américain Donald Trump a assuré mardi qu'il «pourrait tout à fait soutenir» une réintégration de la Russie, marquant une nouvelle rupture avec ses alliés du G7 qui doivent se retrouver ce week-end à Biarritz, dans le sud-ouest de la France.

«Si une décision qui sera prise lors de ce sommet concernera la Russie, alors bien sûr nous l'examinerons et nous y répondrons», a déclaré lors d'une conférence de presse le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov.

Merkel et Johnson désapprouvent

Angela Merkel et Boris Johnson ont eux rejeté l'idée de réintégrer à ce stade la Russie dans le G7 avancée par les Etats-Unis.

La chancelière allemande a certes reconnu quelques «légers mouvements» dans l'application des accords de paix en Ukraine orientale, lors d'une conférence de presse avec son homologue britannique à Berlin.

«Si nous faisions là vraiment des progrès, alors nous aurions une nouvelle situation», a-t-elle dit. Or selon elle «nous n'avons pas encore assez avancé».

Articles en relation

Un sommet du G7 chancelant

France Réuni à Biarritz en fin de semaine, le sommet du G7 aura fort à faire face aux dossiers qui s'accumulent. Plus...

Macron reçoit Poutine avant le sommet du G7

Diplomatie Le président français a reçu ce lundi son homologue russe à Brégançon en amont du sommet du G7 de Biarritz. Plus...

Les premiers opposants plantent leurs tentes

Sommet du G7 Près de 10'000 manifestants devraient venir s'installer à quelques encablures du G7, qui se tient cette année à Biarritz dans le sud-ouest de la France. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 12 décembre 2019
(Image: Bénédicte) Plus...