Maduro rend hommage à Mao et obtient des accords

ChineLe président vénézuélien Nicolas Maduro est venu ce vendredi à Pékin rendre hommage à Mao avant la signatures d'accords cruciaux.

Maduro vient rendre hommage à Mao à son mausolée sur la place Tiananmen.
Vidéo: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le président vénézuélien Nicolas Maduro, en visite à Pékin, a rendu vendredi hommage au «géant» Mao Tsé-toung dans son mausolée, avant la signature d'accords énergétiques et miniers, un nouveau soutien chinois crucial pour Caracas.

Venu en Chine en quête désespérée d'aide économique et diplomatique pour son pays en crise, le dirigeant sud-américain a entamé son séjour par un passage au mausolée de Mao, colossal bâtiment sur la place Tiananmen, au coeur de la capitale. Il s'est incliné à trois reprises devant le corps momifié du fondateur de la Chine populaire.

Hommage à Mao

«J'étais très ému, cela ravive le souvenir d'un des plus grands fondateurs du XXIe siècle multipolaire», un «géant de la patrie de l'humanité» et «des idées révolutionnaires», a affirmé M. Maduro, dans des déclarations diffusées par le réseau télévisé vénézuélien officiel VTV.

Très peu de dirigeants étrangers ont visité le mausolée de Mao, dont le règne de 1949 à sa mort en 1976 a été marqué par des dizaines de millions de morts, des famines du «Grand Bond en avant» jusqu'aux violences de la «Révolution culturelle».

Signatures pour des milliards

L'ex-dirigeant cubain Raul Castro est le dernier à y avoir mis les pieds, en 2005. Nicolas Maduro a ensuite retrouvé le ministre chinois des Affaires étrangères Wang Yi pour la signature de 28 accords, d'une valeur atteignant selon lui plusieurs milliards de dollars.

Ces protocoles d'accord incluent notamment une coopération renforcée dans l'exploration gazière au Venezuela, une «alliance stratégique» dans l'extraction d'or, et l'approvisionnement du pays sud-américain en articles pharmaceutiques --qui lui font cruellement défaut.

«Grande sœur»

Alors que le Venezuela traverse une profonde crise poussant des dizaines de milliers de personnes à fuir, Nicolas Maduro disait espérer que son voyage, «très opportun et nécessaire», serait d'une «grande aide» pour encourager le commerce et des «relations financières heureuses» entre les deux pays.

Vendredi, il a longuement complimenté le président Xi Jinping, saluant son slogan de «destin commun pour l'humanité». A en croire M. Maduro, qui dénonce volontiers «l'impérialisme» américain, Pékin dessine pour le monde un destin «sans empire hégémonique qui fait du chantage, domine et attaque les peuples».

«La Chine est notre grande sœur», a-t-il lancé.

Soutien de la Chine

M. Maduro a eu un entretien vendredi avec le président chinois, qui l'a assuré que la Chine soutenait «les efforts (du Venezuela) pour parvenir à un développement national stable», selon la télévision d'Etat CCTV.

La Chine «est prête à renforcer les échanges d'expériences avec le Venezuela sur la manière de gouverner le pays», a déclaré Xi Jinping. Pékin, principal allié et créancier de Caracas, a déjà prêté une cinquantaine de milliards de dollars au Venezuela ces dix dernières années en échange de pétrole et de concessions minières.

Nouveau prêt

Nicolas Maduro pourrait repartir cette fois avec un nouveau prêt de 5 milliards de dollars et un délai pour les remboursements de crédits en cours, selon le cabinet vénézuélien Ecoanalitica.

Le 28 août, Nicolas Maduro avait par ailleurs signé une série d'accords avec des sociétés pétrolières internationales --dont le chinois Shandong Kerui-- pour augmenter la production nationale de brut.

Plan de redressement

Nicolas Maduro, qui n'avait pas quitté son pays depuis l'attaque présumée dont il dit avoir été victime le 4 août avec des drones chargés d'explosifs, n'a pas précisé la durée de son voyage à Pékin. Sa dernière visite en Chine remonte à mars 2017.

«Le gouvernement vénézuélien promeut activement la réforme économique et financière (...) Un développement stable du Venezuela est dans l'intérêt de tous», a commenté vendredi un porte-parole de la diplomatie chinoise, Geng Shuang.

Alors que tous les voyants sont au rouge depuis plusieurs années, Caracas a lancé le 20 août un plan de redressement économique comprenant notamment l'entrée en vigueur de nouveaux billets et une multiplication par 34 du salaire minimum.

Pour autant, la crise économique est telle que le Fonds monétaire international (FMI) prévoit une inflation de 1'000'000% pour 2018 au Venezuela. (afp/nxp)

Créé: 14.09.2018, 17h14

Articles en relation

Maduro: «Arrêtez de laver les toilettes»

Venezuela Le président vénézuélien a appelé mardi ses compatriotes exilés à «arrêter de laver les toilettes» et à rentrer au pays. Plus...

Maduro dévalue sa monnaie de 96%

Finance Nouvelle étape d'un plan de relance économique du président Maduro, le bolivar a été dévalué massivement par rapport au dollar mardi. Plus...

Maduro prête serment et accuse les Etats-Unis

Venezuela Après sa prestation de serment, le président vénézuélien a accusé les Etats-Unis d'avoir orchestré une «conspiration» contre son pays. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Publié le 20 septembre 2018.
(Image: Bénédicte) Plus...