Passer au contenu principal

Un maire prokurde arrêté pour «terrorisme»

Les autorités turques continuent d'arrêter des maires prokurdes. Ce vendredi, il s'agit du maire d'Ipekyolu et de son adjointe qui ont été interpellés.

Alors que le conflit a démarré il y a 9 ans, le président du Comité international de la Croix-Rouge (CICR) Peter Maurer est en Syrie afin d'évaluer comment améliorer la réponse face aux besoins «énormes» qui affectent la population. (Mardi 11 mars 2020)
Alors que le conflit a démarré il y a 9 ans, le président du Comité international de la Croix-Rouge (CICR) Peter Maurer est en Syrie afin d'évaluer comment améliorer la réponse face aux besoins «énormes» qui affectent la population. (Mardi 11 mars 2020)
Keystone
Après l'accord entre la Russie et la Turquie jeudi, un cessez-le-feu est entré en vigueur dans la nuit de jeudi à vendredi. Un calme «relatif» règne à Idleb. (5 mars 2020)
Après l'accord entre la Russie et la Turquie jeudi, un cessez-le-feu est entré en vigueur dans la nuit de jeudi à vendredi. Un calme «relatif» règne à Idleb. (5 mars 2020)
AFP
Des forces de l'Armée syrienne libre, soutenues par la Turquie, sont en formation lors de manœuvres militaires en vue d'une incursion turque prévue visant des combattants kurdes syriens, près de la ville d'Azaz. (7 octobre 2019)
Des forces de l'Armée syrienne libre, soutenues par la Turquie, sont en formation lors de manœuvres militaires en vue d'une incursion turque prévue visant des combattants kurdes syriens, près de la ville d'Azaz. (7 octobre 2019)
Keystone
1 / 81

Les autorités turques ont arrêté vendredi un maire appartenant au principal parti d'opposition prokurde de Turquie, le soupçonnant de «propagande terroriste» et d'«appartenance à une organisation terroriste», selon l'agence de presse étatique Anadolu.

Azim Yacan, le maire d'Ipekyolu, dans la province de Van (sud-est), ainsi que son adjointe Sehsade Kurt ont été interpellés tôt dans la matinée et placés en garde à vue, soupçonnés par les autorités d'appartenir au Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), selon Anadolu. Ces interpellations font suite à une série d'arrestations et de destitutions visant depuis plusieurs semaines des élus du Parti démocratique des peuples (HDP), le plus important parti prokurde de Turquie, dans le sud-est à majorité kurde du pays.

Dans le sillage de l'offensive en Syrie

En octobre, les autorités turques avaient arrêté trois maires de ce même parti pour des accusations similaires, ainsi que Selçuk Mizrakli, écarté en août de la mairie de Diyakabkir et remplacé par un administrateur après sa victoire aux dernières élections municipales.

Ces interpellations surviennent dans le sillage du déclenchement le 9 octobre par la Turquie d'une offensive dans le nord-est de la Syrie contre la milice kurde des Unités de protection du peuple (YPG), qualifiée de «terroriste» par Ankara mais soutenue par les pays occidentaux.

Le HDP a été le seul parti représenté au Parlement turc à exprimer son opposition à cette opération militaire, plusieurs de ses responsables l'ayant qualifiée d'«invasion». Le président turc Recep Tayyip Erdogan affirme régulièrement que le HDP est lié au Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), une organisation qualifiée de «terroriste» par la Turquie et ses alliés occidentaux.

Le HDP affirme être visé en raison de son opposition virulente au gouvernement.

Dans le cadre de l'enquête contre les élus arrêtés vendredi, les véhicules de fonction de la municipalité d'Ipekyolu «ont été fouillés» et du «matériel ayant pu être utilisé pour commettre des délits» a été saisi, selon Anadolu.

(AFP)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.