La Maison-Blanche gênée par des photos de Trump

Etats-Unis-RussiePubliées par Moscou, les photos témoignent de la présence de l'ambassadeur russe Sergueï Kisliak lors d'une rencontre à huis clos.

La rencontre, qui fait jaser, est intervenue quelques heures après le limogeage surprise du patron du FBI. (Jeudi 11 mai 2017)

La rencontre, qui fait jaser, est intervenue quelques heures après le limogeage surprise du patron du FBI. (Jeudi 11 mai 2017) Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L'administration américaine se trouvait jeudi de nouveau dans l'embarras après la publication par le Kremlin de photos gênantes d'une rencontre à huis clos entre le président Donald Trump et le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov.

Les clichés montrent un Donald Trump souriant en train de serrer la main de M. Lavrov et de l'ambassadeur russe à Washington Sergueï Kisliak, posant également à leurs côtés, lors d'une rencontre mercredi dans le prestigieux Bureau Ovale.

Accusations de collusion

Cet entretien était déjà perçu comme un joli coup diplomatique pour le Kremlin: un accueil avec tapis rouge à peine quelques mois après la mise en place de sanctions américaines contre la Russie pour son ingérence dans l'élection présidentielle de 2016.

Des diplomates expérimentés s'interrogeaient jeudi sur les raisons pour lesquelles le président avait accepté de recevoir les deux dignitaires russes, un honneur d'ordinaire réservé aux chefs d'Etat et d'autant plus mal venu qu'ils sont au coeur même d'un vaste scandale politique aux Etats-Unis.

L'administration reste en effet engluée dans des accusations de collusion entre l'entourage de M. Trump et des responsables russes, dont M. Kisliak, pour favoriser sa candidature face à sa concurrente démocrate Hillary Clinton. Trois enquêtes --au Congrès et au FBI-- sont en cours à ce sujet.

La diffusion de ces photos participe à l'impression que la Russie a remporté une victoire diplomatique et que la Maison-Blanche a été manipulée.

«Félicitations Kollegi (collègues) d'avoir obtenu ces photos! Enorme coup», a déclaré Michael McFaul, ex-ambassadeur américain à Moscou.

Abus de confiance

En public, la Maison-Blanche tente de garder la tête haute: «Il est normal qu'il rencontre le ministre des Affaires étrangères», a déclaré Sarah Huckabee Sanders, porte-parole de l'exécutif, vilipendant les critiques.

Mais, en privé, les responsables de la Maison-Blanche bouillaient face à ce qu'ils considéraient comme un abus de confiance.

Selon eux, le président russe Vladimir Poutine a réclamé cette rencontre entre son ministre et M. Trump, en réciproque à son récent entretien avec le secrétaire d'Etat Rex Tillerson à Moscou.

La Maison-Blanche avait été informée qu'un photographe officiel russe serait présent, laissant entendre que les clichés seraient pour les archives mais n'avaient pas vocation à être diffusés immédiatement.

«Notre photographe officiel et le leur étaient présents, c'est tout», a indiqué un assistant peu après la rencontre.

Mais lorsque les images ont été publiées dans le monde entier par l'intermédiaire d'un média public russe, la fureur s'est emparée de la Maison-Blanche d'avoir ainsi été trompée. Deux responsables ont reconnu ne pas avoir été prévenus de leur publication.

L'amiral Mike Rogers, directeur du service d'écoute et d'espionnage NSA, a indiqué jeudi lors d'une audition au Congrès, ne pas avoir été personnellement consulté concernant un éventuel risque de cyber-intrusion ou de piratage des communications lié à cet entretien dans le Bureau Ovale, et ne pas avoir connaissance que la NSA ait été consultée.

Patron du FBI limogé

Cette rencontre est intervenue juste quelques heures après le limogeage surprise par le président américain du patron du FBI James Comey, dont les services sont chargés d'enquêter sur l'éventuelle collusion entre la campagne Trump et les Russes.

La présence dans le Bureau Ovale de M. Kisliak n'a fait qu'exacerber le malaise puisque ses contacts avec plusieurs proches de M. Trump sont au coeur des soupçons de collusion.

Ainsi, Michael Flynn a été contraint de démissionner mi-février de son poste de directeur à la sécurité nationale pour n'avoir pas révélé ses échanges avec l'ambassadeur russe. (afp/nxp)

Créé: 11.05.2017, 21h12

Trump pose en faiseur de paix entre Russie et Ukraine

Donald Trump a publié jeudi sur Twitter deux photos prises la veille dans le Bureau ovale, l'une avec le ministre des Affaires étrangères russe Sergueï Lavrov et l'autre avec son homologue ukrainien Pavlo Klimkin, avec la mention «Faisons la paix!».



«Hier, dans la même journée - J'ai eu des entretiens avec le ministre russe des Affaires étrangères Sergei Lavrov et le ministre des Affaires étrangères d'Ukraine Pavlo Klimkin», a écrit Donald Trump, ajoutant la mention «FAISONS LA PAIX!», accompagnée de sa signature.

Le ministre ukrainien a rencontré mercredi le vice-président Mike Pence, mais sa rencontre avec Donald Trump ne figurait pas à l'agenda public du président américain.

Articles en relation

Chef du FBI limogé: son successeur le défend

Etats-Unis Selon l'administration Trump, le limogeage choc de James Comey n'a rien à voir avec l'enquête sur les liens avec la Russie. Plus...

Un recueil de poésie tiré des déclarations de Trump

Norvège L'ouvrage «Make poetry great again», paru ce jeudi, est exclusivement composé de propos tenus par le président américain. Plus...

Trump destitué? Les bookmakers y croient

Etats-Unis Depuis que Donald Trump a limogé le patron du FBI, les bookmakers misent sur une destitution du président américain. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.