La Maison Blanche pousse Maduro à partir

VenezuelaAlors que la situation est de plus en plus tendue à Caracas, Washington tente de déstabiliser Maduro par tous les moyens.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Menaces d'embargo «total» contre La Havane, mises en garde contre Moscou, révélations sur des négociations secrètes entre cadres du régime vénézuélien et opposition: l'administration Trump a lancé mardi une offensive tous azimuts pour pousser le président Nicolas Maduro à lâcher le pouvoir.

L'un après l'autre, le président Donald Trump, son conseiller à la sécurité nationale John Bolton et le chef de diplomatie Mike Pompeo ont --tweets, points de presse et interviews à l'appui-- fait monter la pression au moment où, à Caracas, des militaires se soulevaient, dans une certaine confusion, en faveur de l'opposant Juan Guaido.

«(Nicolas Maduro) avait un avion sur le tarmac, il était prêt à partir ce matin, d'après nos informations, et les Russes lui ont dit de rester», a lancé M. Pompeo sur CNN, précisant que l'homme fort de Caracas avait l'intention de trouver refuge à Cuba. Interrogé sur ses sources, il s'est refusé à tout commentaire, soulignant seulement que les Etats-Unis étaient en contact avec de très nombreuses personnes sur le terrain.

Quelques minutes plus tôt, Donald Trump avait soudainement durci le ton contre La Havane, menaçant l'île située au large de la Floride d'un «embargo total» si «les troupes et les milices cubaines» ne cessaient pas immédiatement leurs opérations militaires au Venezuela. «Espérons que tous les soldats cubains rentrent rapidement et pacifiquement sur leur île!», avait-il ajouté.

Autre développement spectaculaire dans une journée à l'issue incertaine, John Bolton a affirmé que des «figures-clés» du régime vénézuélien avaient mené, en secret, des discussions avec l'opposition ces dernières semaines en vue d'un changement de régime, leur lançant du même coup un ultimatum.

«Votre heure a sonné. C'est votre dernière chance», a-t-il tweeté à l'adresse du ministre de la Défense Vladimir Padrino, du chef de la garde présidentielle Ivan Hernandez et du président de la Cour suprême Maikel Moreno.

Le Venezuela compte de fait, depuis fin janvier, deux «présidents»: le député de centre-droit Juan Guaido, reconnu par une cinquantaine de pays, dont les Etats-Unis, et le chef de l'Etat en exercice, le socialiste Nicolas Maduro, soutenu par la Chine et la Russie. Ce dernier a été réélu en juillet 2017 à l'issue d'un scrutin qui n'a été reconnu ni par l'Union européenne, ni par les Etats-Unis.

Transition pacifique «encore possible»

Le président Trump «veut une transition pacifique du pouvoir de Maduro à Guaido», a martelé John Bolton lors d'un bref échange avec des journalistes. «Cela est encore possible si un nombre suffisant de cadres du régime décident de soutenir l'opposition», a poursuivi l'homme à la célèbre moustache, évoquant des contacts entre ces derniers au cours des trois mois écoulés.

Interrogé sur ce point, Elliott Abrams, représentant spécial américain pour la crise au Venezuela, a évoqué des «négociations intéressantes» avec l'opposition ayant impliqué les trois hommes cités par M. Bolton. Ces derniers «ont négocié sur les moyens de restaurer la démocratie, mais, à ce jour, ils n'ont pas tenu les engagements qu'ils avaient pris», a-t-il relevé, tout en ajoutant, énigmatique, que des choses pouvaient encore se passer d'ici la fin de la journée.

Soutiens indéfectibles de Juan Guaido depuis trois mois, les Etats-Unis estiment que le soulèvement militaire en cours ne peut être qualifié de coup d'Etat. «Ce n'est clairement pas un coup d'Etat (...) Le fait que Juan Guaido prenne le contrôle de l'armée vénézuélienne n'est pas un coup d'Etat», a déclaré M. Bolton.

Alors qu'une certaine confusion régnait sur le terrain, où le gouvernement Maduro assurait avoir la situation sous contrôle, Washington a une nouvelle fois appelé Moscou à se tenir à l'écart du Venezuela. «Les Russes ont joué un rôle contre-productif», a déclaré M. Abrams, espérant que le Kremlin lance un appel contre la violence.

Le ton monte depuis plusieurs semaines entre Washington, qui réclame le départ de Nicolas Maduro, et Moscou, qui accuse les Etats-Unis d'essayer d'organiser un «coup d'Etat» dans ce pays aux immenses réserves pétrolières. (afp/nxp)

Créé: 01.05.2019, 00h58

Heurts entre forces de l'ordre et manifestants: 69 blessés

Au moins 69 personnes ont été blessées, dont deux par balle, dans les heurts survenus à Caracas mardi au cours de manifestations en soutien au groupe de soldats qui a fait défection pour rallier l'opposant Juan Guaido, ont annoncé les services de santé locaux. Selon les médias vénézuéliens, une troisième personne a été blessée par balle au cours de ces échauffourées survenues lors de ce que le gouvernement de Nicolas Maduro a qualifié de «tentative de coup d'Etat». Par ailleurs, le gouvernement a suspendu la diffusion de BBC Mundo, de CNN International et de RCR, ont affirmé cette radio locale et un syndicat de journalistes vénézuéliens.

Galerie photo

Venezuela: le président du Parlement s'autoproclame «président»

Venezuela: le président du Parlement s'autoproclame «président» Deux présidents se faisaient face au Venezuela après que le président du Parlement, contrôlé par l'opposition, s'est autoproclamé «président» par intérim

Articles en relation

Les manifestants dans la rue malgré la répression

Venezuela La situation est tendue mardi au Venezuela après le soulèvement d'un groupe de militaires acquis à la cause de l'opposant Guaido. Plus...

Guaido invite à nouveau l'armée à le rejoindre

Venezuela L'armée, pilier économique et politique du Venezuela, soutient sans faille Nicolas Maduro depuis le début de la crise. Plus...

Washington sanctionne un ministre de Maduro

Venezuela Malgré les protestations russes, le chef de la diplomatie du Venezuela a été sanctionné financièrement par les Etats-Unis. Plus...

Guaido appelle à une manifestation historique

Venezuela Juan Guaido veut que ses partisans se réunissent pour «la plus grande manifestation de l'histoire» de son pays le 1er mai. Plus...

Paid Post

CallDoc, assuré malin et flexible
Bénéficiez de consultations médicales 24h/24, 7j/7 et faites des économies! Profitez du rabais de prime sur l’assurance-maladie de base. Demandez une offre maintenant.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.