Mandat d'arrêt contre l'ex-président du Burundi

AfriqueBujumbura a lancé un mandat d'arrêt international contre l'ex-président Pierre Buyoya et 16 anciens hauts responsables.

Pierre Buyoya.

Pierre Buyoya. Image: archive/photo d'illustration/Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le Burundi a lancé un mandat d'arrêt international contre l'ex-président burundais Pierre Buyoya et 16 anciens hauts responsables pour leur rôle présumé dans l'assassinat en 1993 de Melchior Ndadaye, premier président hutu démocratiquement élu du pays, a annoncé vendredi le procureur général.

«Les éléments de l'enquête déjà disponibles révèlent que les personnes dont les noms suivent pourraient avoir été impliquées dans ce crime, dans sa préparation, pendant son exécution et même après sa commission», a accusé Sylvestre Nyandwi dans une déclaration lue à la presse.

La liste commence par celui de M. Buyoya et comprend 11 hauts gradés des forces de sécurité (armée et gendarmerie) et cinq de ses anciens proches collaborateurs civils, aujourd'hui à la retraite et en exil.

Représentant de l'Union africaine

Le procureur général a estimé «qu'il est impérieux qu'ils soient interrogés sur le rôle qu'ils auraient joué» dans ce crime, et demandé que «les pays qui les hébergent puissent les arrêter et les extrader au Burundi afin qu'ils s'expliquent sur les faits qui leur sont reprochés».

Pierre Buyoya est l'actuel représentant de l'Union africaine (UA) au Mali, et l'une des personnalités africaines estimées et écoutées dans les forums internationaux.

Le major Buyoya, un Tutsi, avait été porté au pouvoir par l'armée en 1987. Il avait cédé sa place à Melchior Ndadaye, un Hutu, élu démocratiquement en juillet 1993. Il était ensuite revenu au pouvoir entre 1996 et 2003.

Plus de 300'000 morts

L'émission d'un mandat d'arrêt à son encontre intervient une semaine après l'arrestation à Bujumbura de quatre hauts gradés tutsi de l'armée à la retraite, accusés d'être parmi «les auteurs» de l'assassinat de M. Ndadaye.

Cet assassinat avait été à l'origine d'une guerre civile (93-2006) qui a fait plus de 300'000 morts et opposé l'armée, alors dominée par la minorité tutsi (14% de la population), à des mouvements rebelles hutu (85%).

Une dizaine de soldats dont le plus haut gradé était lieutenant ont été condamnés en 1998, dans un procès considéré comme celui «des exécutants». Aucun des nombreux hauts gradés cités dans cet assassinat n'avait été inquiété.

Depuis, les dirigeants politiques, les membres de l'ancienne armée et des mouvements rebelles avaient bénéficié d'une immunité provisoire alors que l'accord de paix d'Arusha de 2000 avait prévu que tous les crimes commis relèveraient désormais de la Commission vérité et réconciliation (CVR).

Le nom de Pierre Buyoya avait déjà été cité par certains en lien avec cet assassinat, mais sans que l'ombre d'une preuve soit jamais apportée.

Le pays est aujourd'hui dirigé par le parti Cndd-FDD, issu de l'ancienne principale rébellion hutu. (afp/nxp)

Créé: 30.11.2018, 21h03

Articles en relation

Le président ne se représentera pas en 2020

Burundi Pierre Nkurunziza a annoncé sa décision après avoir promulgué une nouvelle Constitution qui lui donnait la possibilité de diriger le pays jusqu'en 2034. Plus...

L'ONU suspecte des crimes contre l'humanité

Burundi Suite aux violences, la Commission d'enquête de l'ONU au Burundi a demandé à la Cour pénale internationale d'ouvrir une procédure. Plus...

Le Burundi se retire formellement de la CPI

Justice Le pays de l'est africain a notifié formellement à l'ONU sa décision de se retirer de la Cour pénale internationale. Plus...

Bujumbura quitte la Cour pénale internationale

Burundi Le président a signé un décret, une décision sans précédent en Afrique. Plus...

Plus de 300'000 Burundais ont fui leur pays

Burundi Depuis un an et demi, la crise liée au processus électoral au Burundi ne cesse de faire grossir le flot des réfugiés. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.