Le manga controversé «Oishinbo» pousse l'Etat à réagir

FukushimaShinzo Abe, premier ministre japonais, est intervenu ce week-end dans le débat national provoqué par un manga. Dans celui-ci sont évoquées les conséquences de l'accident de Fukushima sur la santé.

Le magazine Big Comic Spirits a publié lundi un nouvel épisode de ce manga gastronomique.

Le magazine Big Comic Spirits a publié lundi un nouvel épisode de ce manga gastronomique. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le Premier ministre japonais, Shinzo Abe, en visite ce week-end dans la province de Fukushima, a réagi aux propos tenus dans le manga «Oishinbo» sur les effets de l'accident nucléaire sur la région et ses habitants.

Le magazine Big Comic Spirits a publié lundi un nouvel épisode de ce manga gastronomique, de passage pour trois épisodes dans la préfecture de Fukushima, où le scénariste, Tetsu Kariya, fait de nouveau dire aux principaux personnages des paroles qui risquent d'envenimer la polémique née fin avril. Il accuse notamment «la compagnie Tepco et le gouvernement de traiter la situation de façon irresponsable» et dit qu'il faut aider les gens à partir de cette province devenue inhabitable car souillée par l'accident nucléaire de la centrale Fukushima Daiichi en mars 2011.

Saignements inexpliqués

Dans les précédents volets, un des personnages dessinés par Akira Hanasaki affirme que de nombreuses personnes de Fukushima saignent du nez de façon inexpliquée. Cette petite phrase a déchaîné les internautes et fait réagir au sommet, jusqu'au Premier ministre, qui s'est rendu samedi dernier dans la région.

«Il est nécessaire que le pays combatte de toutes ses forces ces rumeurs sans fondement», a-t-il déclaré dans la ville de Fukushima, à 70 kilomètres du site atomique. «Il n'a été confirmé aucun cas d'atteinte directe à la santé de qui que ce soit à cause des substances radioactives».

«J'imaginais bien qu'évoquer ces saignements de nez allait entraîner des protestations, mais je ne pensais par que cela allait provoquer une tourmente pareille», avait écrit sur son blog Tetsu Kariya après la parution du premier épisode. «Je ne comprends pas pourquoi lorsque l'on écrit la vérité telle qu'elle est, cela est critiqué», affirme M. Kariya qui dit s'appuyer pour son scenario sur deux ans d'études sur le terrain.

Réponse des scientifiques

Dans le numéro de lundi de Spirits, la maison d'édition Shogakukan a cette fois donné dix pages de droit de réponse à des scientifiques et médecins, aux autorités locales qui se sont senties insultées (Kawauchi, Osaka, Futaba) et à des journalistes/essayistes.

Plusieurs y contestent les assertions des héros d'Oishinbo, notamment sur les problèmes de saignements de nez, et dénoncent un contenu qui risque de renforcer la discrimination à l'égard de la région et de ses habitants.Oishinbo (gourmet) est un manga sur la gastronomie qui n'hésite pas à aborder des sujets de sociétés. Il est publié dans l'hebdomadaire Big Comic Spirits depuis trois décennies. (afp/nxp)

Créé: 19.05.2014, 08h16

Galerie photo

Catastrophe de Fukushima: la chronologie

Catastrophe de Fukushima: la chronologie Plusieurs années après le séisme et le tsunami qui ont dévasté le nord-est du Japon et la centrale nucléaire de Fukushima, retour en images sur la catastrophe.

Articles en relation

Les petites bulles explosives d'un manga sur Fukushima

«Oishinbo» Quand Tetsu Kariya a écrit les dialogues d'un manga sur Fukushima, il ne pensait pas déclencher une telle tempête, mais au Japon, ces bulles ne sont pas du goût de tout le monde. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.