Passer au contenu principal

Des manifestants défilent à Kherrata

Des milliers de personnes sont descendues dans la rue pour le premier anniversaire d'une marche qui avait lancé la contestation contre le président en place.

Le procureur d'un tribunal d'Alger a requis mercredi une peine de 4 ans de prison ferme contre l'opposant Karim Tabbou, figure de proue Hirak. (4 mars 2020)
Le procureur d'un tribunal d'Alger a requis mercredi une peine de 4 ans de prison ferme contre l'opposant Karim Tabbou, figure de proue Hirak. (4 mars 2020)
AFP
Le nouveau président  Abdelmadjid Tebboune a juré de «respecter et de glorifier la religion islamique et de veiller à la continuité de l'Etat» lors de sa prestation de serment. (Jeudi 19 décembre 2019)
Le nouveau président Abdelmadjid Tebboune a juré de «respecter et de glorifier la religion islamique et de veiller à la continuité de l'Etat» lors de sa prestation de serment. (Jeudi 19 décembre 2019)
AFP
Le «Hirak», mouvement antirégime né le 22 février, ne montre aucun signe d'essoufflement et reste farouchement opposé à ce scrutin que le pouvoir, aux mains de l'armée. (Mercredi, 11 décembre 2019)
Le «Hirak», mouvement antirégime né le 22 février, ne montre aucun signe d'essoufflement et reste farouchement opposé à ce scrutin que le pouvoir, aux mains de l'armée. (Mercredi, 11 décembre 2019)
AFP
1 / 19

Des milliers de personnes ont défilé dimanche à Kherrata dans l'est de l'Algérie, selon des témoins. Cette ville avait connu il y a un an une manifestation inédite contre la candidature à un 5e mandat de l'ex-président Abdelaziz Bouteflika.

Pour marquer le 1er anniversaire de la marche de Kherrata, des milliers de manifestants ont sillonné dimanche les rues de la ville aux cris de «Les Algériens sont tous des frères» et brandissant l'emblème national ou berbère.

Étincelle de la fronde

Le 16 février 2019, un rassemblement spontané a réuni des milliers de manifestants contre un nouveau mandat de Abdelaziz Bouteflika, impotent et aphasique, à Kherrata, à 300 km à l'est d'Alger. Cette première marche a allumé l'étincelle de la fronde qui devait ensuite gagner toute l'Algérie.

Le lendemain, le 17 février, une marche similaire a eu lieu à Bordj Bou Arreridj (150 km au sud-est d'Alger). Trois jours plus tard, des centaines de personnes ont manifesté à Khenchela dans l'est algérien également.

Durant le rassemblement de Khenchela, certains protestataires sont montés sur le toit de la mairie pour décrocher un portrait géant du chef de l'Etat qui recouvrait une partie de la façade à côté du drapeau algérien. Quelques jours plus tard, le 22 février, des millions d'Algériens sont descendus dans les rues de toutes les grandes villes du pays pour exprimer leur rejet d'un 5e mandat de Abdelaziz Bouteflika.

«Place de la Liberté du 16 février 2019»

Dimanche, plusieurs figures du «Hirak» - le mouvement de contestation -, parmi lesquelles le vétéran très respecté de la guerre d'indépendance Lakhdar Bouregaa ou encore Samir Benlarbi, un militant actif de la société civile, ont pris part à la manifestation, selon les témoins. Les manifestants ont appelé à «une période de transition» devant aboutir à un changement de régime.

Le point de départ de la manifestation de 2019 à Kherrata a été rebaptisé «Place de la Liberté du 16 février 2019». Une stèle y a été érigée.

Le président Abdelmadjid Tebboune, élu le 12 décembre lors d'un scrutin boycotté par la majorité des Algériens, a de nouveau tendu dimanche la main à la contestation, lors d'une rencontre entre le gouvernement et les préfets du pays.

(ats)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.