Les manifestants irakiens restent déterminés

Moyen-OrientMalgré la répression, les protestataires irakiens ont reconstruit leurs campements incendiés.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les manifestants antigouvernementaux ont reconstruit lundi leurs campements incendiés dans plusieurs villes irakiennes. Ils sont toujours déterminés face à la répression exercée par les forces de sécurité et dénoncée par seize ambassadeurs étrangers en Irak, notamment les États-Unis, le Royaume Uni, la France et l'Allemagne.

Cette pression accrue sur le gouvernement irakien intervient au lendemain d'un tir de roquettes qui a touché pour la première fois directement l'ambassade américaine à Bagdad. Une personne a été blessée.

Cette attaque fait craindre une nouvelle montée des tensions, sur le sol irakien, entre l'Iran et les États-Unis, pays ennemis mais tous deux alliés du régime de Bagdad. De précédentes attaques contre les intérêts américains dans le pays ont été imputées par Washington à des factions pro-Iran.

Le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo a appelé lundi le Premier ministre irakien Adel Abdel Mahdi à «préserver la souveraineté de l'Irak» face aux «attaques répétées des groupes armés de l'Iran» et à «prendre des mesures immédiates pour protéger les installations diplomatiques» américaines.

Près de 480 morts

Rejetant toute ingérence, iranienne ou américaine, dans le pays, les manifestants, en majorité des jeunes, qui réclament de profondes réformes politiques, continuent à défier les forces de sécurité malgré la répression qui a fait 21 morts et des dizaines de blessés en une semaine. Lundi, des milliers d'étudiants ont défilé à Bagdad et dans des villes chiites du sud de l'Irak.

Ce mouvement de contestation inédit, né le 1er octobre, demande des élections anticipées et un Premier ministre indépendant pour succéder au démissionnaire Adel Abdel Mahdi. Il dénonce la corruption endémique et le manque de services publics, et réclame que ceux impliqués dans la répression meurtrière des manifestations rendent des comptes. Depuis le début du mouvement, près de 480 personnes, en grande majorité des manifestants, ont été tuées, selon un décompte de l'AFP. (ats/nxp)

Créé: 28.01.2020, 03h02

Articles en relation

Le bilan du raid iranien en Irak s'alourdit

Moyen-Orient Donald Trump avait assuré qu'aucun Américain n'avait été blessé lors de l'attaque iranienne en Irak le 8 janvier. Plus...

Trois roquettes tirées près de l'ambassade US

Irak L'ambassade des États-Unis en Irak a été la cible de tirs qui n'ont pas fait de victime, lundi. Trois manifestants ont par ailleurs été tués à Bagdad. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 8

Paru le 26 février 2020
(Image: Bénédicte) Plus...