«Manipulation délibérée» de l'élection présidentielle

BolivieLa victoire attribuée, le 20 octobre, tardivement et avec surprise à Evo Morales avait suscitée des soupçons de fraude.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Un rapport d'experts de l'Organisation des États américains (OEA) a conclu mercredi à une «manipulation délibérée» de l'élection présidentielle du 20 octobre en Bolivie, où le président Evo Morales a depuis été poussé à la démission.

Les experts de l'OEA avancent dans leur rapport final que la marge avec laquelle M. Morales s'est imposé au premier tour est «minime par rapport au volume des manipulations et altérations détectées».

«Compte tenu des preuves accablantes recueillies, il est possible d'affirmer l'existence d'une série d'opérations délibérées destinées à altérer la volonté exprimée dans les urnes», estiment-ils.

Après de premiers chiffres partiels le soir du vote, qui laissaient entrevoir un second tour inédit, de nouveaux résultats, diffusés plus de 20 heures après, avaient pratiquement donné la victoire à Evo Morales, suscitant des soupçons de fraude de la part de l'opposition et des observateurs internationaux.

Morales dénonce un «coup d'État»

Cinq jours plus tard, le Tribunal suprême électoral annonçait la victoire du président sortant avec 47,08% des votes, un écart de plus de dix points lui permettant de l'emporter dès le premier tour. Les observateurs de l'OEA avaient fait part dès le lendemain du scrutin de leur «inquiétude» et de leur «surprise» face au revirement inexpliqué du résultat.

L'organisation, qui rassemble 35 pays d'Amérique du Nord, d'Amérique du Sud et des Caraïbes, avait annoncé le 30 octobre le lancement d'un audit intégral de l'élection. Le résultat controversé de la présidentielle bolivienne a provoqué de violentes manifestations dans le pays, qui ont fait au total 33 morts et des centaines de blessés. Sous la pression de la rue, Evo Morales, lâché par l'armée et la police, a démissionné le 10 novembre. Le premier président indigène de la Bolivie, réfugié depuis au Mexique, dénonce un «coup d'État». (afp/nxp)

Créé: 05.12.2019, 03h16

Articles en relation

Le Parlement valide des élections sans Morales

Bolivie Un projet de loi encadrant la tenue d'élections présidentielle et législatives a reçu l'aval du Parlement bolivien samedi. Plus...

Un premier dialogue pour mettre fin à la crise

Bolivie Pour la première fois depuis le début de la crise en Bolivie, les deux camps vont se retrouver pour dialoguer, samedi. Plus...

Mandat d'arrêt contre l'ex-bras droit de Morales

Bolivie Accusé de sédition et de terrorisme, Juan Ramon Quintana fait l'objet d'un mandat d'arrêt de la part du nouveau pouvoir bolivien. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 23 janvier 2020
(Image: Bénédicte) Plus...