Manuel Valls reconnaît un échec du suivi judiciaire

Prêtre égorgéL'assignation à résidence sous bracelet électronique d'un des auteurs de l'attentat mené contre l'église de Saint-Etienne-du-Rouvray n'a pas fonctionné.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La décision de la justice antiterroriste de libérer A. K, un des deux auteurs de l'attentat djihadiste, de Saint-Etienne-du-Rouvray, en l'assignant à résidence sous bracelet électronique, est un «échec, il faut le reconnaître», a estimé vendredi Manuel Valls dans une interview au Monde.

«Cela doit conduire les magistrats à avoir une approche différente, dossier par dossier, compte tenu des pratiques de dissimulation très poussées des djihadistes », déclare le Premier ministre, tout en affirmant qu'il ne sera pas «celui qui, au mépris de tout équilibre des pouvoirs, tomberait dans la facilité de rendre ces juges responsables de cet acte de terrorisme».

Financement des mosquées

Manuel Valls se dit également «favorable» à une interdiction du financement étranger des mosquées, souhaitant en outre «inventer une nouvelle relation» avec l'islam de France.

«Il faut une remise à plat et inventer une nouvelle relation avec l'islam de France», déclare le Premier ministre. Il se dit «favorable à ce que, pour une période à déterminer, il ne puisse plus y avoir de financement de l'étranger pour la construction des mosquées» et souhaite «que les imams soient formés en France et pas ailleurs».

Réplique à Nicolas Sarkozy

Manuel Valls répond vertement aux attaques de Nicolas Sarkozy contre le gouvernement après les attentats de Nice et de Saint-Etienne-du-Rouvray, accusant le président des Républicains de «perdre ses nerfs».

«Nicolas Sarkozy perd ses nerfs. Etre lucide face à la menace, ce n'est pas basculer dans le populisme», déclare le Premier ministre. L'ancien chef de l'Etat avait estimé que la gauche était «tétanisée» par «la violence et la barbarie», et avait accusé l'exécutif de se réfugier derrière des «arguties juridiques» pour refuser les propositions de l'opposition en matière de lutte contre le terrorisme. (afp/nxp)

Créé: 29.07.2016, 08h33

Articles en relation

Un proche d'un des tueurs placé en garde à vue

Attaque près de Rouen Un homme fiché S a été interpellé. En juin, il s'était rendu avec l'un des tueurs en Turquie avant d'être remis à la Suisse puis arrêté en France. Plus...

Plus de photos d'auteurs d'attentats dans des médias

France BFMTV, Le Monde ou encore La Croix veulent «éviter d'éventuels effets de glorification posthume». Plus...

Les religieux réclament une sécurité renforcée

France Les responsables religieux ont affiché leur unité face au risque de tensions, au lendemain de l'assassinat d'un prêtre dans son église à Rouen. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.