Marine Le Pen et le FN à un moment critique

Présidentielle françaiseLa candidate recalée au second tour se trouve dans un paradoxe, celui d'un véritable succès, mais qui a été vécu comme un échec par ses partisans.

Le FN de Marine Le Pen rêve désormais de se constituer en juin un groupe d'au moins 15 députés aux prochaines législatives.
Vidéo: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Marine Le Pen a obtenu dimanche un résultat paradoxal qui place le Front national (FN) à un moment critique de son histoire. Malgré les plus de dix millions de voix obtenues, une mue est annoncée.

«C'est un score historique, mais d'un autre côté Marine Le Pen a fait monter les attentes d'une partie de ses électeurs depuis son accession à la tête du FN (en 2011)», juge lundi Joël Gombin, doctorant à l'université de Picardie et spécialiste du FN.

«Elle se trouve dans un paradoxe, celui d'un véritable succès vécu comme un échec par ses partisans et les cadres de son parti», ajoute l'expert. Elle le doit en partie à sa campagne d'entre-deux-tours, rythmée par des impairs qui ont sapé les efforts fournis ces dernières années par Marine Le Pen pour donner l'image d'une candidate «apaisée».

«On a vu réapparaître certaines faiblesses du FN: son caractère radical, populiste, son incapacité à présenter un programme social et économique cohérent, ses divisions internes et son image de parti d'extrême droite», selon Gilles Ivaldi, chercheur au CNRS et à l'université de Nice.

«Transformation profonde»

Dès l'annonce du résultat de dimanche, Marine Le Pen est apparue pour annoncer une «transformation profonde» de son parti, sans dire à quoi il pourrait ressembler demain. Selon Florian Philippot, le vice-président du FN, un changement de nom paraît inéluctable. Mais cette idée traverse depuis longtemps l'esprit des cadres dirigeants.

Au-delà de la vitrine, la présidente «en congé» et ses conseillers voient dans le scrutin de cette année le grand accélérateur de la recomposition du paysage autour d'un clivage qu'ils ont théorisé, à savoir les «patriotes» contre les «mondialistes». «Il faut créer un grand mouvement patriote ouvert aux électeurs FN et républicains responsables. Aggiornamento sur l'euro. La victoire est à ce prix», a twitté Robert Ménard, maire de Béziers allié du FN.

Pour Jean-Marie Le Pen, «il faut rester fidèle aux fondamentaux». «Le débat devra se dérouler »dans le cadre des statuts du parti, au moment du congrès en 2018«, a pour sa part mis en garde Marion Maréchal-Le Pen.

Leçons à tirer

Cette dernière, qui incarne au sein du FN une ligne concurrente de celle de Florian Philippot, a encore estimé sur France 2 et BFM TV que des »leçons« devaient être tirées de la défaite, par exemple sur la ligne anti-monnaie unique qui effraie une partie de l'électorat.

La députée du Vaucluse, qui s'interroge en même temps sur un arrêt de la politique, a reconnu une »déception« et appelé à une »réflexion« sur la stratégie de sa tante.

Mais, pour l'heure, cette métamorphose se fera sous l'égide de la conseillère régionale des Hauts-de-France, qui garde la main sur l'appareil du parti malgré les doutes de certains et entend conduire la campagne pour les législatives des 11 et 18 juin.

De nouveaux alliés

«Il y a beaucoup de déception en interne même si personne ne conteste le leadership», a relevé lundi Sylvain Crépon, chercheur à l'université de Tours.

Pour réussir sa métamorphose, l'eurodéputée espère à plus ou moins brève échéance attirer à elle de nouveaux alliés, après le député Nicolas Dupont-Aignan bombardé «premier ministrable» de Marine Le Pen dans l'entre-deux-tours.

Mais, l'urgence est aux élections législatives, qui pourraient faire tomber le FN d'un côté ou de l'autre de la crête sur laquelle se trouve le parti après le résultat de dimanche.

Le FN vise 15 députés

La formation rêve de se constituer en juin un groupe d'au moins 15 députés, un minimum qui lui garantirait une plus large exposition médiatique, davantage de financements et des facilités logistiques.

«Ça pourrait amener progressivement le FN dans ce qui est la trajectoire de tous les partis populistes de droite. En France, la droite populiste a été maintenue longtemps a l'écart des cercles du pouvoir», relève Gilles Ivaldi.

«Mais en Autriche, aux Pays-Bas, au Danemark, en Norvège ou en Italie, les droites populistes sont à un moment donné entrées dans des coalitions», ajoute-t-il. «Dans la plupart des cas, cela ne s'est pas très bien passé pour elles.» (ats/nxp)

Créé: 08.05.2017, 13h17

Articles en relation

Macron élu officiellement avec 66,10% des voix

France La candidate d'extrême droite Marine Le Pen a été créditée de 33,90%. Quant au taux d'abstention, il s'est élevée à 25,44% des inscrits, un chiffre record. Plus...

Les militants FN combatifs mais amers

Présidentielle française Après l'échec de leur candidate, les partisans de Marine Le Pen vont devoir se remobiliser en vue des législatives. Plus...

Revivez la folle journée du 2e tour de l'élection

France Emmanuel Macron est devenu le plus jeune président de l'Histoire de France. Il a battu nettement Marine Le Pen. Plus...

Emmanuel Macron s'impose en France voisine

Présidentielle Le nouveau président de la France a nettement devancé Marine Le Pen dans les départements limitrophes de la Suisse. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 11 décembre 2019
(Image: Bénédicte) Plus...